LNM, Cap Gourmand, on navigue à vue ?

 

La section ville de Neuchâtel du PLR a pris connaissance avec stupéfaction de l’article paru dans l’édition du 29 juin dernier de l’Express. Les faits évoqués et la lecture attentive des rapports de gestion desdits compte de la LNM récemment publiés sur son site Internet amènent les questions suivantes :

• Est-il correct que l’importante augmentation de salaire du directeur de Cap Gourmand ait été décidée par le président du conseil d’administration, le conseiller communal Olivier Arni, et le vice- président de cette société qui en est le directeur ?

• Est-il acceptable pour le conseil communal que l’augmentation de salaire ait été décidée alors que la société Cap Gourmand se trouve en situation de surendettement selon les rapports de gestion et des comptes de la LNM (annexe III) ?

• Est-il exact que les cantons de Neuchâtel et Vaud, deux importants actionnaires de la LNM, ont refusé de donner décharge au conseil d’administration de la société lors de sa récente assemblée générale ? Si oui, pourquoi ?

• Selon le rapport 2016 de l’organe de révision, la LNM serait en situation de surendettement si la provision « caisse de pension Symova » avait été évaluée selon les règles comptables en vigueur. Des mesures d’assainissement ont-elles été prises ? Faut-il craindre une participation de la ville aux mesures d’assainissement ou pire la faillite de la société ?

Des problèmes réels de gouvernance semblent se poser. La situation semble suffisamment grave pour que la commission financière ou une commission  ad hoc du conseil général se saississe rapidement pour faire toute la lumière sur les faits évoqués et les nombreuses autres questions suscitées par les faits relatés.

Pour la section PLR de la ville de Neuchâtel,

Christophe Schwarb