Le groupe PLR refuse le budget 2020 de la Ville de Neuchâtel

Budget 2020 : Le PLR de la Ville de Neuchâtel refuse que la Ville augmente sa dette de 40 millions alors que le déficit structurel est de l’ordre de 10 millions.

Ce n’est pas de gaîté de coeur que le groupe libéral-radical a refusé le budget 2020 de la Ville de Neuchâtel, mais trop, c’est trop !

Tout d’abord, le budget 2020 prévoit une augmentation de la dette de 40 millions. En effet, la dette de la Ville de Neuchâtel passera de 315 millions à 358 millions. Or, il apparait que la Ville n’a absolument pas, à l’heure actuelle, la capacité d’amortir ces emprunts.

La Ville de Neuchâtel souffre d’un problème chronique de dépenses. Depuis plus d’une dizaine d’années, elle vit au-dessus de ses moyens et subit un déficit structurel de l’ordre de 10 millions par année.

Minoritaire tant au législatif qu’à l’exécutif, les libéraux-radicaux, n’arrivent pas à faire entendre raison à la majorité qui refuse obstinément de diminuer les charges de la Ville de Neuchâtel.

Finalement, pour masquer le déficit structurel, la réserve de politique conjoncturelle a été utilisée alors que celle-ci est normalement destinée à pallier des crises conjoncturelles exceptionnelles. Il s’agit là d’un artifice comptable qui n’est pas acceptable, en ce sens qu’il trompe la population sur la santé financière de la Ville de Neuchâtel !

Nous pouvons encore mentionner d’autres leurres comme la mise à l’actif des prestations de l’administration, une première qui ne revient à rien d’autre que de faire supporter nos dépenses actuelles aux générations futures.

Au vu de la situation, en particulier à l’orée d’une fusion, le groupe libéral-radical ne pouvait pas accepter le budget 2020 tel qu’il a été présenté et cautionner l’endettement d’une Ville qui est au surplus déficitaire.

Le PLR ne peut par ailleurs raisonnablement accepter que la Ville s’engage dans un cycle d’endettement en invoquant la faible charge des intérêts. La situation actuelle sans précédent des intérêts proches de zéro ou négatifs ne peut être considérée comme durable au-delà des prêts contractés, qui s’étendent typiquement sur 5 ou 10 ans. Il est irresponsable de croire que cette situation perdurera au-delà.

Contacts :
- Jean-Charles Authier, membre de la commission financière, 032 843 11 11
- Jérôme Bueche, président de groupe libéral-radical, 076 336 36 00
- Georges Alain Schaller, président du PLR de la Ville de Neuchâtel, 079 239 80 48