Madame la Présidente prend congé !

Tellement de choses vécues pendant ma présidence rallongée! Je ne vous parlerai plus de la fusion avec les communes voisines, du voyage à Besançon avec une délégation de la population ou des séances concernant la rénovation de l’Hôtel de Ville qui est devenu splendide mais j’aimerais tirer un bilan de façon générale de la relation entre législatif et exécutif, entre le Conseil général et le Conseil communal !

 

C’est un sujet dont nous avons beaucoup parlé pendant cette législature. Ceci évidemment pendant la préparation de la fusion et l’élaboration du contrat de fusion mais aussi suite à la motion 13-305 qui demandait un Service propre pour le Conseil général.

 

Avant de développer le sujet j’aimerais préciser

Personnellement, j’ai apprécié la collaboration avec chacun des membres du Conseil communal tout au long de cette législature et j’ai l’impression que ce sentiment est partagé par beaucoup de mes collèges. Pendant ma présidence j’ai pu - en plus - apprécier l’attitude professionnelle et sympathique des 5 membres de notre Conseil communal envers sa présidente ! Je vous en suis reconnaissante!


Institutionnellement, souvent les membres du Conseil général ont regretté le peu d’influence de nous autres miliciennes et miliciens par rapport à un Conseil communal professionnel. Ceci est régulièrement exprimé à vive voix dans cet hémicycle mais aussi dans les lettres de démission – au moment de tirer bilan du travail effectué comme membre du Conseil général.


1. Comme présidente j’ai mis l’accent entre autre sur le respect des délais pour répondre aux motions et postulats. Ceci peut paraître formaliste à certains, mais à mon avis il est fondamental que le Conseil communal respecte le règlement de la commune à cet égard. C’est en posant certaines questions ou en demandant des études que les membres du Conseil général peuvent influencer la politique de la commune. Le fait que des motions de 2006, 2009, 2010 et surtout des postulats de 2002 ou 2004 n’ont pas encore trouvé réponse est fâcheux. Après un laisser aller pendant plusieurs d’années, les membres du Conseil général y sont aujourd’hui très sensibles. Je suis heureuse de pouvoir dire que j’ai l’impression que le Conseil communal a saisi le message et y accorde l’importance requise !

2. Le Conseil communal est en contact régulier avec la presse. Hélas… combien de fois les membres du Conseil général se sont senti offusqué de lire le matin dans l’Express ce que le Conseil communal a décidé tout en sachant que le sujet est à l’ordre du jour de la séance plénière du soir. Difficile de ne pas se sentir comme une chambre d’enregistrement.
C’est un sujet qui revient et le Bureau du Conseil général de la prochaine législature devrait de nouveau le traiter.


3. Le lien de travail entre le Conseil communal et le Conseil général se fait à travers des rapports, surtout le budget et les comptes. Souvent, ces rapports sont soumis au Conseil général une fois que le travail du Conseil communal est terminé, Ose-t-on refuser un rapport en sachant qu’il est le fruit d’une longue préparation de la part de l’Administration et du Conseil communal ? Ose-t-on refuser un rapport s’il n’y a pas d’alternative ?

Pour éviter ce sentiment de fait accompli, certains membres du Conseil communal ont activement cherché la collaboration avec les commissions avant que le rapport ne soit terminé (Commission de l’Energie). Personnellement j’ai apprécié cette approche, même si cela demande beaucoup de travail de la part des miliciennes et miliciens que nous sommes!


En résumé je constate que la collaboration entre législatif et exécutif fonctionne bien à Neuchâtel. Pour améliorer notre collaboration j’encourage

- le Conseil communal d’intensifier les efforts pour répondre aux motions et postulats dans les délais.

- le Bureau du Conseil général de reprendre le sujet des contacts avec la presse l’année prochain.

- Et finalement, j’encourage le
- Conseil communal d’intensifier la collaboration avec les commissions en amont.


Le problème est que tout cela demande tellement de travail !!


Je suis récemment tombée sur mon décompte de jetons de présence pour l’année 2015. J’ai touché des jetons de présence pour 55 séances (séances du Conseil général, commissions, sous-commissions, Bureau) A cela s’ajoutent les séances de préparation avec la Chancellerie, les séances de Groupe et d’innombrables heures pour la lecture des rapports et surtout l’étude du budget et des comptes. ET pour cette période de présidente certainement une 30 de représentations.

Ma présidence aura duré 18 mois et j’ai consacré un temps fou au Conseil général de la Ville de Neuchâtel. Evidemment les avis politiques sont différents d’un bord à l’autre, mais j’ai apprécié le respect mutuel des membres du Conseil général et je suis convaincue que c’est une force de notre législatif communal.
C’était une expérience enrichissante, un honneur et un plaisir de présider cette assemblée et je souhaite beaucoup de succès à la personne qui me succèdera en 2017.

J’aimerais remercier tous les membres de l’Administration qui rendent nos séances possibles. Surtout les membres de la Chancellerie qui œuvrent pour le Conseil général: M. Degerine, Mme Evelyne Zehr et notre Chancelier M. Remy Voirol pour le support pendant cette année de présidence. Ils sont d’un professionnalisme reconnu et en plus d’une gentillesse qui m’a touchée.

Voilà, la législature 2012-2016 s’achève !
Avant de quitter cette belle salle vous recevrez des mains de M. Thomas Facchinetti et des miennes une attention en guise de remercîment ! Alors, ne partez pas tout de suite !


Je clos la séance et je vous invite, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil général, à partager le verre de l’amitié au Péristyle!


Amelie Blohm Gueissaz
Présidente du Conseil général de la Ville de Neuchâtel
7 novembre 2016