Passage de témoin dans section

Passage de témoin à la section PLR de la Ville, de Caroline Gueissaz à Fabio Bongiovanni

La section PLR de Neuchâtel réunie et dynamisée est transmise à un président plein d'avenir

Rajeunir, fusionner, développer, tels étaient les maîtres mots de la présidente de la section du PLR , Caroline Gueissaz, lors de son élection à la présidence, il y a une année. C'est aujourd'hui chose faite et Caroline Gueissaz passe le flambeau à plus jeune qu'elle.

Lire la suite : Passage de témoin dans section

Onde Verte, intervention personnelle (09-406)

09- 406 Onde verte

Monsieur Le Président,
Mesdames, Messieurs,

Mon intervention est peut-être celle de la dernière chance, mais j'aimerais rappeler à l'ensemble des élus présents dans cette salle que nos décisions doivent se prendre avec comme seul et unique objectif : la défense de l'intérêt général et ceci avant toute autre considération.

Défendre l'intérêt général peut malheureusement et parfois, signifier prendre le risque de froisser ses alliés politiques.

Dans le cas qui nous intéresse, il semble évident qu'au moment de rédiger cette proposition commune, les groupes PVS-PS n'avaient conscience ni des coûts supplémentaires que cela allait engendrer ni des statistiques des ventes d'abonnement constatées avec ou sans subvention.

L'intention du groupe PVS est certes louable mais malheureusement les chiffres sont cruels : l'octroi de subventions ne fait pas augmenter le nombre des usagers des transports publics.

Tout au plus ces subventions profitent à des gens qui n'en ont absolument pas besoin financièrement parlant.

Cette nouvelle proposition de subvention est donc un gaspillage pur et simple !

En acceptant cette proposition, vous jetez simplement CHF 300'000.- par les fenêtres alors que notre Ville a un mal profond à ses finances.

Si le modèle de subventionnement n'est aujourd'hui pas parfait, je vous encourage à réfléchir à une autre approche qui aurait le mérite d'un véritable encouragement à l'utilisation des transports publics et d'un subventionnement ciblé.

Alors chers collègues, réfléchissez en votre âme et conscience :

  • Cette nouvelle proposition de subvention a-t-elle un sens ?
  • Va-t-elle véritablement profitez aux personnes que vous visez ?

Si ce n'est pas le cas, vous devez refusez cette proposition !

Je compte sur votre sens des responsabilités et votre indépendance d'esprit pour refuser de vous laisser dicter votre décision sur la base d'une alliance partisane.

Merci pour votre attention.
J. Zimmerli

Vélo dans les zones 30 (double sens) - (réponse CC 09-610)

09- 610 Vélo dans les zones 30 (double sens)

Notre intervention fait suite à la réponse du Conseil communal et la demande d'ouverture de la discussion demandée par le groupe PVS. Le groupe PVS n'est en effet pas satisfait de la solution proposée (double sens au cas par cas), c'est aussi la position de la majorité du groupe PLR.


Monsieur Le Président,
Mesdames, Messieurs,


Avant de se prononcer sur le fond de l'interpellation PVS, le groupe PLR tient à relever les propos particulièrement déplacés et inadmissibles du développement écrit déposé.

Prétendre que les diverses interdictions ou autres signalisations contraignantes présentes sur le domaine public ont pour seule vocation de je cite « Couvrir la responsabilité de la Ville » est totalement absurde voir outrancier et il serait constructif et honnête de la part des interpellateurs qu'ils prennent la peine de corriger leurs propos.


Ceci étant dit et pour revenir à la demande des interpellateurs, le groupe PLR dans sa majorité est favorable à la généralisation du principe de double sens pour les cyclistes dans toutes les zones 30 et non pas seulement pour certaines rues.

Il n'est donc pas favorable à la solution « du cas par cas » proposée par le Conseil communal.

La pratique du double sens est déjà en vigueur dans de nombreuses villes sans que cela ne pose de problème de sécurité majeur. Cette approche générale est préférable à l'approche « du cas par cas » car elle simplifie et clarifie les règles et les comportements à adapter par les usagers une fois pour toutes.

Cette pratique ne devra naturellement s'appliquer qu'aux vélos, elle restera exclue pour d'autres moyen de transports dit écologiques comme les scooter ou mini-voitures électriques.

 

Je vous remercie de votre attention.


Pour le Groupe PLR
J. Zimmerli

 


Onde Verte (09-406)

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

La proposition des groupes socialiste et popvertsol au sujet de l'attribution de la subvention pour l'abonnement Onde verte amène le groupe PLR a faire plusieurs constatations.

Premièrement, une constatation qui s'adresse au Conseil communal.
Le conseil communal n'a pas fait son travail d'exécutif.
Il n'a rien prévu, il n'a rien vu venir et il n'a pas, comme il l'annonçait dans son rapport 02-026 et par la suite dans le rapport de gestion et des comptes de l'exercice 2007, réexaminé l'intérêt et l'impact de cette subvention de manière régulière.
Jusqu'à quand aurions-nous accordé, sans base légale, des subventions pour l'abonnement Onde verte, si la proposition rose-verte n'avait pas été déposée ?
A quand une réflexion complète et profonde du conseil communal qui pourra déboucher sur un réexamen de la situation, comme cela avait été annoncé par le passé ? Si gouverner c'est prévoir, comme le disait Emile de Girardin et bien, sur ce coup, le conseil communal n'a pas gouverné.

Deuxièmement, une constatation sur la mesure elle-même.
Rappelons-nous, Monsieur le Président, chers collègues, qu'est-ce qu' est la subvention Onde verte à l'origine.
Et bien c'est une mesure temporaire, temporaire, d'encouragement à l'utilisation des transports publics pour renforcer l'incitation au transfert modal résultant des restrictions de stationnement provoquées par Expo02.
Expo02 a passé et nous a laissé, des étoiles pleins les yeux, j'imagine d'ailleurs que c'est pour ça qu'on a pas vu passé le million qui nous était dû, qu'on nous a laissé aussi un fun'ambule très souvent arrêté, par contre la subvention temporaire, elle, n'a pas passée.
Mais aujourd'hui, quelle est la réalité de la subvention Onde verte ? Combien d'abonnements sont subventionnés ? Et bien la situation est la suivante :
En 2005, c'est 1906 abonnements annuels qui sont subventionnés.
En 2008, 1189. 38% de moins.
A qui bénéficie cette subvention ? A des automobilistes qui se sont mis aux transports publics ?
Non ! La subvention profite aux personnes qui utilisaient déjà les transports publics ou qui les auraient utilisé, avec ou sans subvention. Preuve en est que lorsque les TN ont augmenté les prix des abonnements Onde verte en 2009, diminuant ainsi l'attractivité de l'offre, il y a eu une légère augmentation des demandes de subventions pour notre ville. Les personnes qui y avaient droit ont donc fait la demande, sans diminuer le nombre des utilisateurs de véhicules.
Cette mesure incitative est donc un échec car elle ne remplit pas ses objectifs. Est-ce que ces CHF 200'000.- de charges en plus ne seraient pas plus utiles ailleurs?
Le conseil communal ne pourra d'ailleurs pas nous dire le contraire sur les objectifs, puisqu'il n'a pas eu de réflexion à ce sujet, sinon il nous en aurait sûrement fait part très tôt, afin de prendre la décision de reconduire une telle subvention avant la fin programmée de celle-ci !

La troisième constatation s'adresse à la majorité dépensière de notre assemblée que j'invite à boire ces quelques vers :

Les fourmis très économes du groupe PLR,
se réjouissaient que vous, cigales dépensières,
chantiez les louanges de l'austérité financière.
Lorsque des paroles aux actes vous pourriez faire,
vous n'hésitez pas à oublier vos chants d'hier.
Puis vient le froid, voilà l'hiver et sa galère,
Le grenier est vide, la famine s'annonce sévére.
Ceci n'est pas la fable, car vous êtes majoritaires
Les fourmis PLR plient mais rêvent d'une nouvelle ére


Si la formule se veut poétique, il n'empêche qu'elle met le doigt sur une triste réalité. A savoir que la majorité n'a aucune envie de désendetter, de préparer l'avenir sous la forme d'une fortune nette de nature à engager des montants quand ce sera nécessaire.
Seul le groupe PLR assume ses responsabilités et est prêt à faire des choix, parfois douloureux, mais ô combien nécessaires.
Seul le groupe PLR a le courage de prendre, au sein de notre conseil, des décisions qui réduisent nos dépenses et cela pour le bien de l'ensemble des contribuables de notre ville car c'est ça, préparer l'avenir de la ville et des générations futures.
Seul le groupe PLR est cohérent et se souci d'avoir des finances saines afin de pouvoir s'engager dans la cohésion sociale.
Mais comme je l'ai déjà dit, vous êtes majoritaire.

Enfin, Quatrième constatation, au sujet de l'amendement du conseil communal. Afin de ne pas répéter ce que j'ai déjà dit dans la gestion de ce dossier par le conseil communal, je dirai simplement que cet amendement n'est ni une mesure de politique sociale, ni une mesure de politique environnementale, mais bien une complication, un mécanisme qui créé des inégalités peu justifiable et qui se substitue à l'aide sociale.

Dès lors, au vu de ce qui précède, vous aurez compris que le groupe PLR dira non à la proposition de la majorité dépensière.

Fabio Bongiovanni

 

02.02.10
La proposition est acceptée par une aliance PVS-PS alors que le but de départ du PS était simplement de reproposer la possibilité de bénéficier de la subvention pour les abonnements annuels mais en offrant la possibilité de payer de manière mensuelle... Le groupe PS a voté en bloc malgré une intervention de la dernière chance tentant de les ramener à la raison (avec l'acceptation de cette proposition, la Ville va gaspiller CHF 200'000.- suplémentaires...).

Publication des ventes d’immeubles (09-405)

Intervention devant le CG du 01.02.2010 concernant la proposition 09-405
(Publication des ventes d'immeubles)

M. le Président,
Mmes, MM. les Conseillers généraux,

La proposition que nous vous faisons étant développée par écrit, je ne m'attarderai pas plus que nécessaire. Quelques mots toutefois sur les buts poursuivis par celle-ci.

Nous souhaitons avec la modification envisagée plus de transparence et une ouverture des ventes aux citoyens de la Ville. Ce sont les 2 principaux buts poursuivis par notre proposition, qui vise à ce que toute vente de bien immobilier propriété de la Ville soit publiée dans le bulletin officiel, dans le quotidien régional le plus lu (pour ne pas le citer : L'Express) et le site internet de la Ville.

Nous souhaitons plus de transparence, soit une information claire de la population (et donc du Conseil général). Cette information doit avoir lieu suffisamment tôt dans le processus de vente, afin que d'éventuelles réactions, propositions ou autres puissent se faire connaître avant la réception du rapport relatif à la vente envisagée. Afin également que nous soyons informés dans tous les cas du processus suivi pour trouver un acquéreur et que les raisons du choix d'un acquéreur plutôt que d'un autre nous soient expliquées. Finalement, afin de pousser le Conseil communal à faire preuve d'un peu plus de prévoyance dans sa gestion du patrimoine, et qu'il ne nous soit plus répondu, si l'on devait demander pourquoi un bien en particulier est mis en vente, que le Conseil communal a simplement reçu une offre d'un intéressé, connaissance d'un propriétaire voisin du bien en question, et qu'il a sauté sur l'occasion.

Nous souhaitons aussi, et c'est le 2e but poursuivi, ouvrir les ventes aux citoyens de la Ville et environs. Les biens propriétés de la Ville appartiennent quelque part indirectement aussi aux citoyens de la Ville. Nous estimons donc que lorsqu'une vente a lieu, ils ont légitimement le droit d'en être informés, afin de pouvoir effectuer une offre d'achat s'ils en ont l'intérêt ou l'envie. Sans publications des ventes envisagées, certains citoyens pourraient ne pas être informés qu'une vente qui les intéresse a lieu et se sentir à juste titre lésés d'être ainsi tenus à l'écart des négociations en cours. La publication des ventes garantirait donc également une égalité de traitement des intéressés.

Outre ces 2 buts, il se pourrait que dans certains cas, une offre d'achat qui n'aurait pas été effectuée sans publication, soit plus élevée que le prix de vente auquel serait parvenu le Conseil communal. La publication des ventes contribue donc à permettre d'atteindre le prix le plus élevé pour un bien déterminé, cela clairement dans l'intérêt de la Ville.

La règle serait donc que chaque vente soit publiée dans le BO, dans le quotidien le plus lu et sur le site internet de la Ville, ce qui permet une information large et peu coûteuse. Afin de laisser toutefois une certaine marge de manœuvre au Conseil communal dans les cas le justifiant et pour lesquels il devra s'expliquer dans son rapport, nous avons souhaité prévoir la possibilité d'exception, possibilité qui semble amplement justifiée.

Nous vous invitons donc à soutenir notre proposition telle que déposée ce soir et vous remercions d'avance de votre soutien, dans l'intérêt de tous, soit de la Ville, de ses citoyens et du Conseil général.

Remerciements.

Pour le groupe PLR
Alexandre Brodard

 

La proposition a été acceptée à une confortable majorité.


Postulat aide sociale (09-511)

09- 511 Aide sociale (augmentation des dossiers)


Monsieur Le Président,
Mesdames, Messieurs,


Le postulat du groupe PLR s'inscrit naturellement dans le contexte de la crise économique actuelle.

La dégradation de la situation dans le domaine de l'emploi est bien présente dans notre région et il semble malheureusement difficile de contester que les cas relevant de l'aide sociale augmenteront ces prochains mois.

De quelle façon les services communaux sont-ils prêts à faire face à cette éventualité ? Est-il possible de chercher l'appui d'organismes extérieurs à l'Administration ? Telle est la teneur de notre postulat.

Pour lever toute ambigüité, précisons d'entrée que notre demande ne poursuit aucun objectif financier, elle ne vise qu'une amélioration de la gestion et le traitement des dossiers. Il ne s'agit en aucun cas de déléguer à des institutions ou organismes externes le droit à l'octroi ou le versement de subventions.

Nous craignons tout simplement que le nombre de dossiers à ouvrir et gérer augmentent dans des proportions telles qu'ils ne pourront plus être traités de manière efficace. Dans ce cas, les principales victimes seront naturellement les bénéficiaires de l'aide sociale eux-mêmes.

L'occasion se présente donc d'ouvrir le champ de réflexion pour comprendre quels seraient les avantages, autant pour la Ville que pour les bénéficiaires de l'aide sociale, de coopérer avec des institutions extérieures pour le traitement et ou le suivi des dossiers.

La mise en œuvre rapide de nouvelles forces de travail, sans devoir attendre les délais liés à l'engagement et la formation de nouveau personnel nous semble être un avantage évident.

D'autres avantages sont à attendre dans la multiplication des réseaux et des compétences pour mettre en place des programmes d'activités dans le cadre de l'aide sociale et même pour leur trouver des sources de financement. Ces financements sont en effet souvent plus faciles à obtenir pour des organes indépendants ou parapublics que pour des communautés publiques.

Cette possibilité d'ouverture et de délégation est-elle de la compétence de la Ville ?

La Loi sur l'action sociale nous indique que c'est clairement le cas. Son article 22a8 précise en effet que :

Art. 22a8) L'Etat peut déléguer, par convention, à des institutions privées le mandat d'apporter l'aide sociale nécessaire à certains groupes de personnes, notamment celles soumises à la législation en matière d'asile.

Cette délégation est donc parfaitement possible et nous invitons le Conseil communal à se rapprocher rapidement de l'Etat pour établir les conventions nécessaires.


Au vu de l'ensemble des ces éléments, nous pensons que le débat mérite d'être engagé.

Nous espérons que le Conseil communal saura répondre avec toute l'ouverture d'esprit souhaitée à notre demande d'étude, tant il est vrai qu'il lui serait plus facile de simplement engager du nouveau personnel que de s'ouvrir à de nouvelles façons de faire.


Je vous remercie de votre attention.


Pour le Groupe PLR
J. Zimmerli

 

02.02.10
La majorité de gauche y voyant une méfiance vis-à-vis des prestations de la Ville et une volonté de faire des économies a réfusé cette proposition. Visiblement l'ouverture d'esprit dans ce domaine n'est pas encore à l'ordre du jour....  Ceci d'autant plus que le Conseil communal ne nous a donné aucune véritable information sur ce qu'il envisage de faire pour faire face à l'augmentation à venir!