Comptes 2008

Article dans « Vivre la ville » (6 mai 09):

Alors que beaucoup d’autres communes bouclent leurs comptes 2008 avec bénéfices, la Ville de Neuchâtel clôt son exercice avec un déficit de
3,63 millions, déficit supérieur de moitié à celui qui avait été budgété (2,35 millions).

Lire la suite : Comptes 2008

Crédit millénaire 2011 (09-011)

Madame la Présidente,
Mesdames, Messieurs les Conseillers Généraux,
Chers collègues,

La ville de Neuchâtel fêtera ses mille ans d'existence en 2011, Neuchâtel a ren-dez-vous avec l'histoire en 2011, Neuchâtel se doit de marquer cette date unique et exceptionnelle et se doit de la marquer dignement.

Le groupe PLR en est convaincu : Fête il doit y avoir et cette fête doit être belle. Nous n'avons pas le droit de passer à côté d'un tel événement, c'est un devoir moral, une marque de respect envers ceux qui nous ont précédé et qui ont fait de Neuchâtel ce qu'elle est aujourd'hui : une ville belle et agréable à vivre. C'est également une occasion unique d'offrir à ses citoyens de belles festivités, une occasion de créer un événement rassembleur à Neuchâtel, une occasion d'inviter la population à réfléchir à la chance que nous avons de vivre dans cette ville et d'y vivre ensemble.

C'est dans ce sens que nous soutiendrons ce soir la demande de crédit qui nous est soumise par le Conseil communal.

Notre point de vue sur l'opportunité de célébrer le millénaire de la ville étant donné, nous ne pouvons taire les interrogations et les doutes que le rapport qui nous est soumis ce soir a fait naître dans notre groupe. Ceux-ci portent principa-lement sur les questions de la structure organisationnelle, du financement (évi-demment) et du rayonnement de la manifestation, et pour lesquels nous souhai-terions des compléments d'informations voir des engagements de la part du Conseil communal.

Nous sommes conscients qu'à ce stade le rapport du Conseil communal n'a pas la prétention de régler dans les moindres détails l'organisation du millénaire et que ce n'est qu'une fois les différentes structures mises en place que les diffé-rents projets pourront commencer à prendre forme. Le temps presse toutefois et il est temps de donner de l'élan à ce projet de millième anniversaire. A deux ans seulement du début des manifestations, ce rapport aurait déjà pu être un peu plus complet.


Pour commencer avec nos interrogations, la structure organisationnelle mise en place pour l'organisation des manifestations du millénaire nous paraît bien com-pliquée à diriger et les tâches précises dévolues à ses différents membres diffici-les à établir. Il est évidemment ardu de créer une structure simple lorsque autant de personnes et d'autorités diverses entrent en ligne de compte et nous pouvons vivre avec la proposition du Conseil communal même si elle nous paraît com-pliquée. Deux questions nous paraissent particulièrement importants et nécessi-tent selon nous des explications du Conseil communal :

1) Qui est chargé de faire respecter les budgets votés et portera la responsabilité financière du projet ?

2) Qui est chargé d'amener les idées de projets de manifestation, de les dé-fendre, de les porter et de faire en sorte que celles-ci soient réalisées.

Il est selon nous nécessaire de définir clairement les personnes ou entités qui seront responsables de ces deux tâches. Il n'est pas question de laisser les mem-bres de la structure organisationnelle proposée se renvoyer la balle de la respon-sabilité financière et de la responsabilité du projet lui-même, étant entendu que ce sera au final aux autorités politiques de supporter un échec si cela devait mal se terminer.

Au sujet des idées et de la réalisation des projets, nous profitons de saluer le choix du Conseil Communal quant à la personne du responsable du secrétariat exécutif, autrement nommé Chef de projet ou Monsieur millénaire. Nous som-mes satisfaits qu'une personne de la région ayant fait ses preuves en matière d'organisation et ayant apporté déjà beaucoup à la Ville, à travers Festi'Neuch notamment, se soit engagée dans le cadre du projet des festivités du millénaire et ait pu être nommé. Nous lui souhaitons d'ores et déjà beaucoup beaucoup de succès vu qu'il est présent ce soir.

Pour en terminer avec la structure organisationnelle, le rôle de la commission spéciale millénaire et son implication dans le développement de la programma-tion notamment, mais également dans le contrôle des dépenses nous paraît trop réduit. A travers cette commission, c'est les idées et l'avis du Conseil général, soit du politique, qui devraient pouvoir être exprimés. Il nous semble que celle-ci a quelque peu été laissée à l'écart, c'est pourquoi notre groupe soutiendra l'amendement proposé par la commission financière afin d'intégrer cette com-mission de manière effective et nous l'espérons efficace au processus. De plus, nous attendons du Conseil communal qu'il tienne le Conseil général informé de l'avancement des travaux, soit au moyen de rapports intermédiaires d'information au Conseil général, soit au minimum à travers la Commission du millénair

Comme mentionné précédemment, la question du financement et du budget des activités prévues a également retenu l'attention du groupe PLR.

Le montant en soi du crédit demandé ce soir de CHF 1'080'000.00, ou le mon-tant total qui devrait revenir à charge de la ville, soit CHF 1,8 millions entre les charges d'investissements et les charges de fonctionnement, nous parait certes un peu élevé vu nos préoccupations pour les finances de la ville, mais toutefois raisonnable vu l'importance de l'événement. Bien sûr l'on pourrait demander plus de budget pour célébrer avec plus de faste et marquer encore plus l'événement comme le demanderont certains, ou alors faire avec moins dans un souci de rigueur budgétaire comme le souhaiteraient d'autres. Il est difficile à dire dans la situation actuelle quel montant il est convenable d'engager. Il convient toutefois d'admettre que la somme qui nous est demandée semble rai-sonnable, bien qu'élevée.

Ce montant étant raisonnable, le groupe PLR refuse que la ville investisse plus dans ce projet que les montants qui seront votés ce soir et refuse que ce projet dérape et que des rallonges soient demandées comme cela a déjà eu lieu par le passé à d'autres occasions. Les finances de la ville ne nous permettent aucun excès. Il invite le Conseil communal à rendre attentifs les différents membres de la structure organisationnelle que seul l'argent à disposition pourra être investi et à les inciter à la plus grande rigueur financière.

Une autre inquiétude que nous avons, parce qu'il faut l'admettre nous sommes un peu inquiets quant à la question des finances, se situe au niveau du finance-ment des manifestations mises en place par les institutions de la ville et institu-tions associées ainsi que pour la programmation parallèle, soit selon le budget présenté en page 8 du rapport, les 10 événements à CHF 100'000.00 chacun et les 10 Events de CHF 1'000 à CHF 10'000.00 chacun.

Il est prévu de financer ces différents événements par du financement extérieur à hauteur de CHF 1'100'000.00. La période difficile que connaissent les sociétés privées rendra la recherche de sponsors d'autant plus difficile et la crise pourrait constituer pour eux le prétexte idéal pour refuser une participation financière. Il faut en être conscient. S'il devait s'avérer que les montants espérés et budgétés seraient moindres en réalité, nous attendons du Conseil Communal, comme mentionné en page 16 du rapport, qu'il redimensionne les projets envisagés. Qu'il redimensionne soit au niveau de l'importance de la manifestation, soit au niveau du nombre de manifestations. Si seuls 5 événements sont possibles, il faudra alors s'en contenter. Ces événements doivent intégralement être financés par du financement extérieur et il n'est pas question que la ville supplée aux sponsors privés et paie un éventuel dépassement au final. Seul l'argent récolté auprès des sponsors doit être investi, pas un sou de plus.

Au sujet du rayonnement de la manifestation, de son organisation et de son dé-roulement, nous souhaiterions encore apporter quelques pistes ou idées au Conseil communal et aux organisateurs qui seraient d'ailleurs inspirés d'étudier et de prendre contact avec les organisateurs d'autres manifestations de ce type ayant connu un succès certain, comme par exemple les 850 ans de la ville de Fribourg, mais d'autres aussi.

Tout d'abord nous sommes d'avis que le millénaire de la ville doit viser à un rayonnement national, voire international. Il faut tenter de drainer du public loin à la ronde et de ne pas se limiter à nos frontières cantonales. Nous sommes per-suadés que des citoyens de la Suisse entière et même hors de nos frontières pourraient être intéressés à profiter de l'occasion pour venir visiter Neuchâtel. Il est donc important au niveau de la communication de faire en sorte que ces visi-teurs potentiels soient informés du déroulement des activités du millénaire.

Ensuite, le meilleur moyen selon nous de faire en sorte que la population se sen-te concernée par un événement est de l'y associer directement. Dans ce but, faire participer les différentes écoles de la ville, c'est-à-dire des centaines d'enfants et de parents, grands-parents, les différentes associations de la ville, qu'elles soient sportives ou culturelles, les associations étrangères, les associations de jeunesse, les sociétés locales nous paraît un excellent moyen qui n'a pas ou pas assez été mentionné dans le rapport et qu'il ne faut pas oublier. Nous invitons donc le Conseil communal et les différents organisateurs à y réfléchir à ces différentes possibilités à fort potentiel.

Quant aux endroits retenus, nous souhaitons mettre l'accent sur celui des Jeunes-Rives, qui nous semble particulièrement propice à des activités en tous genres et à la rencontre de la population, à l'exemple des soirées ayant eu lieu durant l'Euro 2008.

Un élément du rapport n'ayant pas satisfait notre groupe est encore la question d'un éventuel monument ou d'une trace du millénaire telle que mentionnée dans le rapport du Conseil Communal. Nous ne voulons pas refaire la même erreur qu'avec Expo02. N'allez pas croire que nous souhaitons faire revenir le Palais de l'équilibre ou conserver une trace de cette ampleur et d'un tel coût. Il nous paraît cependant important et adéquat de conserver quelque chose de ce millé-naire, ne serait-ce qu'une oeuvre très simple avec une plaque commémorative. Nous laissons au Conseil communal et à la Commission du millénaire d'y réflé-chir et de faire des propositions.

Finalement nous aimerions connaître l'état des démarches entreprises auprès des communes de Saint-Blaise et d'Auvernier. Le Conseil communal a-t-il avancé sur ce point depuis le dernier rpport de janvier 2008 ? Celui-ci nous paraissait en effet plus complet que l'actuel à ce sujet.


Et pour terminer un dernier souhait du groupe PLR : nous voudrions voir un peu plus d'enthousiasme et d'entrain autour de ce projet, entre autres de la part du Conseil communal. Le train du millénaire de la ville est aujourd'hui lancé, il faut le soutenir et le pousser de notre mieux jusqu'à 2011. Il serait dommage de nous retourner en 2012 pour nous dire « tiens, on aurait du faire mieux ». Ce sera alors trop tard. On ne fête qu'une fois ses mille ans, il ne faut pas les rater.

Les membres du groupe PLR accepteront donc l'arrêté qui nous est soumis ce soir, à une exception près qui s'y opposera pour des motifs financiers.

Merci de votre attention.

Pour le groupe PLR au Conseil général
Alexandre Brodard


Motion étude Noctambus (09-301)


Madame la présidente,
Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Le groupe PLR acceptera cette motion. Pourquoi ? Et bien parce qu'il touche plusieurs thèmes qui nous tiennent à cœur.

Premièrement, la sécurité : je crois qu'il faut être conscient que la jeunesse de ce canton n'est pas seulement active la journée, mais elle l'est aussi la nuit et lorsqu'on leur propose des événements tels que Festi'Neuch, NIFFF, Braderie, Promo et j'en passe. C'est un fait, nos jeunes se déplacent sur les routes du canton pour ces festivités et ces événements culturels. Je peux en témoigner. Alors plutôt que d'avoir des tragédies liées à la fatigue, à l'alcool ou à l'inattention sur nos routes, nous disons oui à ce moyen de prévention routière.

Deuxièmement, l'économie : permettre à des jeunes et des moins jeunes de pouvoir rentrer sans trop de problème les soirs de festivités qui ont lieu dans notre canton, ça permet de garder ces gens dans nos contrées afin qu'ils consomment chez nos commerçants et qu'ils trouvent du plaisir à vivre dans nos villes plutôt que d'avoir un exode de jeunes les week-ends vers une ville comme Lausanne, réputée et prisée par cette jeunesse pour son côté festif et culturel. Faire vivre les entreprises locales, c'est faire vivre des familles et donc plus de revenu pour notre ville.

Troisièmement, l'environnement : mettre à disposition de la population un moyen de réaliser des économies d'énergies sans devoir imposer ou taxer cette volonté est un objectif à atteindre dans une vision de développement durable liée aux transports de personnes.

En ce qui concerne l'association de notre Parlement des Jeunes à cette réflexion, j'estime qu'il s'agit là d'une évidence. Créateur du « Noctam » au début des années 90, membre de l'association du Noctambus et surtout organe consultatif extraparlementaire des jeunes Neuhchâtelois, le Parlement des Jeunes est l'entité, avec L majuscule, qu'il faut consulter.
La question pourra d'ailleurs lui être posée de savoir si un trajet par heure est vraiment nécessaire, j'en doute un peu, ou alors si des départs ciblés à des heures précises, comme le fait actuellement le « Noctam », n'est pas une meilleure solution.
J'ose espérer que le conseil communal étudiera dans son rapport les heures de rentrées critiques qui sont celles entre 4 et 6h du matin, afin de cibler les besoins.

Toujours en ce qui concerne l'association du Parlement des jeunes à la réflexion, je pense qu'il serait d'ailleurs utile de le consulter parfois un peu plus, nous aurions énormément de chose à apprendre de ses membres, moi j'y ai appris et j'y apprends toujours beaucoup dans la création de projet, notamment dans la gestion des dépenses, vous le savez sûrement le parlement des jeunes n'a pas un budget modifiable en cours de route par ses membres, lui, il réalise donc ses projets avec ce qu'il a.

Notre groupe tient à rendre attentif le conseil communal afin que celui-ci étudie de manière précise, profonde et concrète le financement d'un tel projet. Et oui, car chaque nouvelle prestation, aussi utile soit-elle, aura un coût pour notre ville puisque les transports publics sont financés par les collectivités publiques.
De manière très imagée, Madame la présidente, mesdames, messieurs, ce que notre groupe essaye de faire ce soir à l'intention du conseil communal c'est de dresser sur son chemin un panneau de signalisation triangulaire rouge, avec à l'intérieur écrit : « Attention au financement ».
Devra-t-on renoncer à d'autres prestations pour bénéficier de celle-ci ? Ou alors sommes nous prêts à nous payer de telles mesures sans en compenser les coûts, à l'heure ou la rigueur financière devrait être une priorité pour nos comptes ? J'ai cru comprendre, avant les élections certes, que tous les groupes y étaient sensibles, nous nous en réjouissons.

Le message aura, je l'espère été clair, les questions auxquelles le conseil communal devra penser lors de l'élaboration de l'étude sont connues et nous espérons que la meilleure des solutions nous sera présentée dans le futur pour un parfait mariage entre sécurité, environnement et finances saines.

Merci de votre attention.

Fabio Bongiovanni


Interpellation concernant les Cadolles (09-602)

Le projet aux Cadolles est un
  • Projet urbanistique d'une grande importance pour Neuchâtel
  • Projet social
  • Mais aussi une transaction financière dans laquelle la Ville est impliquée.

En 2006 quand le projet à été présenté aux Conseil général par le rapport 06-015 on savait que la disposition des bâtiments sur le terrain ou d'autres questions architecturales n'étaient pas encore définitivement arrêté.

Par contre les axes principaux de la transaction étaient arrêtés :

La Ville devait recevoir un bâtiment de 40 appartements à loyer modéré comme « paiement » contrepartie de la mise à disposition du terrain.

  • A base de cela était calculé une rentabilité de l'objet de 5.6%
  • A base de cela était calculé un gain de 4.2 millions de francs qui touchera la fortune nette au moment de la remise de l'immeuble.
  • A base de cela le Conseil général a accepté le rapport 06-015.

Le Groupe PLR ne s'oppose pas à ce que la Ville se sépare d'un terrain qui n'est pas nécessaire pour le bon fonctionnement de la Ville. Par contre, le Groupe PLR s'oppose à ce que la Ville se fasse « rouler » .

Nous craignons que les changements dont parlait l'article dans la presse ne fussent pas en faveur de la Ville. S'il y a des changements fondamentaux dans le projet du Cadolles nous estimons que le Conseil général devrait être saisi.

Nous remercions le Conseil communal d'apporter des clarifications.

Amelie Blohm Gueissaz


Vivre la ville - Aligné, couvert !

Edito « Vivre la ville » (4 février 09):

L’autre jour, un débat gauche-droite animait la salle du Conseil général de Neuchâtel. Rien de très inhabituel. Il s’agissait d’une dépense, une de plus. Le vote ne laissait planer aucun doute sur le vu des forces en présence. A mon grand étonnement, un membre du groupe popversol a levé le bras à contre-temps.

Lire la suite : Vivre la ville - Aligné, couvert !

Vivre la ville - Maîtrise des finances

Article dans « Vivre la ville » (4 février 09):

La commission financière est saisie de deux propositions et d’un postulat ayant pour objet global la maîtrise des finances.

Même si les commissaires n’ont pas encore terminé leur travail, qu’il nous soit permis une ou deux réflexions.

Lire la suite : Vivre la ville - Maîtrise des finances