Règlement du personnel de la Ville (rapport 10-021)

Création : mardi 2 novembre 2010
Madame la Présidente,
Mesdames, Messieurs les Conseillers généraux,

Depuis 2002 et le vote sans doute un peu téméraire par notre autorité de la grille salariale du personnel communal actuellement en vigueur, l'évolution de la masse salariale de la commune est devenue quelque peu préoccupante.

Il convenait donc de réagir. C'est pourquoi le groupe PLR salue aujourd'hui le rapport du Conseil communal qui nous est soumis. Il le salue d'autant plus que celui-ci a obtenu le soutien de l'ensemble des partenaires sociaux concernés, et que l'objectif fixé, modeste, de limiter l'augmentation de la masse salariale de l'ordre de CHF 1 million d'ici à 10 ans devrait être atteint - du moins selon les simulations effectuées et rapportées.

Si le Conseil communal est parvenu à ce consensus, c'est bien que la solution proposée doit être raisonnable.

Pour le personnel, les aménagements prévus semblent tout à fait supportables vu que les éléments fondamentaux actuellement en vigueur ont été repris, et c'est bien ainsi: le rapport entre le salaire minimum et le salaire maximum de 1 à 1,5 a été maintenu; les minimas et maximas salariaux n'ont pas été modifiés; l'indexation des salaires reste applicable. Seule la rapidité de l'évolution du salaire a été légèrement revue à la baisse. Un léger manque à gagner certes pour le personnel, mais un manque à gagner compensé par des mesures transitoires, la suppression de la possibilité d'indexation négative, 3 jours de vacances supplémentaires, sans compter l'ouverture de discussions relatives au financement du pont AVS et à la flexibilité de l'âge de la retraite.

Le Conseil communal a su ménager la chèvre et le chou, la commune et le personnel, bravo ! Et merci au personnel et aux associations qui le représentent pour leur compréhension.

Il subsiste tout de même une inquiétude de taille aux yeux du groupe PLR : que les 2 principales mesures prévues en faveur du personnel, soit les 3 jours de vacances supplémentaires (dont on ne connaît pas encore le coût) et l'ouverture de discussions relatives au financement du pont AVS et à la flexibilité de l'âge de la retraite (ou le résultat de ces discussions), ne compensent à elles-seules l'entier de la limitation de l'augmentation de la masse salariale réalisée, soit de l'économie réalisée. Voire qu'elles ne coûtent encore plus. Auquel cas le Conseil communal - et le Conseil général à sa suite - auraient fait chou blanc avec ce nouveau règlement.

Les ponts AVS peuvent en effet s'avérer très coûteux pour un employeur. Et les salaires des employés entre 62 et 65 ans sont au plus haut. Nous souhaitons donc rendre attentif le Conseil communal à ce risque, car le groupe PLR ne verrait pas d'un bon oeil qu'il se réalise.

En attendant, nous lui accordons notre confiance et dans ce sens accepterons à l'unanimité les deux arrêtés qui nous sont soumis ainsi que le classement du postulat interpartis.

Merci de votre attention.

Pour le groupe PLR au Conseil général
Alexandre Brodard