Entretien multifonctionnel des forêts - 11-006

Création : lundi 4 avril 2011
Intervention du 4 avril 2011 - Entretien multifonctionnel des forêts

Un peu long certes, mais fort intéressant. Cela pourrait en très simplifié résumer la position du groupe PLR vis-à-vis du rapport d'information qui nous est soumis ce soir sur l'entretien multifonctionnel des forêts de la Ville. Il semble en effet que l'année de la forêt ait sérieusement inspiré le Conseil communal. A tel point que certaines vilaines langues pourraient être tentées de dire : à quand l'année de la parcimonie ?? Notre groupe n'en compte toutefois aucune. Il se contente donc d'apprécier l'effort effectué et de remercier le Conseil communal pour le travail fourni pour rédiger ce rapport.

Avant d'en prendre acte, notre groupe souhaiterait encore s'arrêter brièvement sur quelques points qui lui tiennent à cœur.

A commencer par la fonction sociale de la forêt, clairement développée dans le rapport. Le groupe PLR souhaite ici inviter le Conseil communal à continuer à gérer la forêt en prenant garde de faire en sorte que tous ses utilisateurs puissent continuer à en profiter au mieux, sans que les activités des uns ne dérangent par trop celles des autres. Cela n'est forcément pas toujours évident au vu de la diversité des activités possibles en forêt, et le danger que peuvent représenter certaines de ces activités notamment pour les plus fragiles. La population s'est toutefois depuis toujours largement approprié la forêt et nous ne verrions pas d'un bon œil que certaines nouvelles activités viennent par trop perturber ses différents utilisateurs. Il est à nos yeux important de veiller à cet élément là.

Nous profitons ici de ce rapport pour relever que, comme en matière de charges d'agglomération, les efforts fournis par la Ville dans sa gestion de la forêt profitent une fois de plus à un bassin de population bien plus étendu que celui de la ville de Neuchâtel. Les différentes forêts dont elle est propriétaire étant évidemment utilisées par une population largement supra-communale.

En ce qui concerne les autres fonctions de la forêt, aussi bien celle de maintien de la biodiversité, de protection, que sa fonction économique, nous saluons les nombreuses mesures prises par la Ville et encourageons le Conseil communal à les poursuivre, dans l'intérêt de l'environnement comme de la population. Nous ne nous y attardons pas, le rapport étant suffisamment exhaustif.

Un sujet qui a particulièrement retenu l'attention de notre groupe est celui de l'opportunité de la création d'un parc périurbain au nord de la ville. Cette possibilité, qui nous nous semble tout à fait intéressante, mérite d'être étudiée plus en détail. Nous invitons donc le Conseil communal à poursuivre son étude dans ce sens. Il conviendra cependant de ne pas s'emballer et que cette étude porte sur l'ensemble des conséquences qu'un tel parc pourrait avoir sur la ville, y compris négatives si cela devait être le cas. Notamment en termes de surcoût (entretien et autres) et de limitations de développement qui pourraient en être la conséquence. A ce sujet, il conviendrait peut-être d'éviter que la possibilité, évoquée brièvement dans le rapport, de gagner quelques parcelles de terrain sur la forêt ne soit pas plus hypothéquée encore qu'elle ne l'est déjà.

Ensuite, certaines forêts étant situées sur des domaines de la ville sur lesquels se trouvent également des bâtiments ou d'autres installations dont la ville est propriétaire, notre groupe s'est inquiété de leur état d'entretien et de la politique menée par le Conseil communal à leur sujet. Il s'est rendu compte qu'il pourrait éventuellement ici manquer quelque peu de clarté et de prévoyance dans la gestion de la ville. Et que, suivant l'état des bâtiments, la ville pourrait avoir de mauvaises surprises financières, à l'exemple de ce qu'il se passe au niveau du toit de la bibliothèque Numa-Droz. En conséquence, un peu à l'image des réflexions ayant été entamées au sujet des biens immobiliers loués par la ville, nous souhaiterions qu'une étude soit menée sur les domaines, aussi bien agricoles que forestiers, et déposons ce soir un postulat dans ce sens, intitulé « Avenir des domaines agricoles et forestiers propriété de la Ville » dont je vous fais la lecture.

«Avenir des domaines agricoles et forestiers propriété de la Ville»

Le Conseil communal est prié d'étudier, objet par objet, les différentes perspectives d'avenir possibles pour les domaines agricoles et forestiers dont la ville est propriétaire. Il est prié d'intégrer dans son étude les bâtiments et infrastructures sis sur ces derniers et de tenir compte aussi bien des éléments positifs (utilité future de rester propriétaire des forêts dans le cadre d'une gestion du bois comme bien de valeur, opportunités, etc.) que des aspects négatifs (frais prévisibles vu l'état d'entretien actuel des bâtiments, etc.).

Notre but étant, toujours dans un esprit de gestion saine et opportune des biens de la ville, de disposer d'une étude approfondie, pour chaque objet, des différentes options et opportunités existantes et des intentions du Conseil communal à leur sujet. Cette étude ne devant pas se limiter à un simple listage des domaines, mais comprendre un état des lieux et une réflexion plus poussée sur l'avenir envisageable pour ceux-ci.

Une question très précise pour terminer. Celle-ci concerne un chemin forestier situé dans le haut du quartier des Prises, à La Coudre, juste après l'endroit où se parquent les joggeurs pour aller courir, à l'endroit où leur course passe sous le funiculaire. Nous nous étonnons d'avoir constaté qu'un chemin de forêt - ces chemins étant habituellement en terre dure, tassée - ait été enduit d'un produite proche du goudron. Nous nous en demandons donc la raison et si ce revêtement est conforme à ce qui se fait en forêt, notamment pour des questions de pénétration de l'eau dans le sol.

En conclusion, notre groupe prendra acte de ce rapport à l'unanimité après que le Conseil communal aura répondu notre question.

En vous remerciant pour votre attention.

Alexandre Brodard