11-016 Rapport concernant la politique culturelle

Création : jeudi 19 janvier 2012
« Nous aimons la culture, nous en produisons et nous en consommons ». C'est par ces mots que le délégué culturel de notre ville débutait sa chronique culturelle dans le Vivre la Ville du 20 avril 2011. Il avait et a bien raison. Les neuchâtelois aime la culture, parce qu'elle est un loisir, un élément de discussion et de débats, un moyen de connaître les autres, de se connaître, de s'intégrer.

L'offre culturelle en ville de Neuchâtel est de grande qualité et très diversifiée en rapport avec la taille de notre Ville.

Tantôt spectateur, le neuchâtelois fais son choix et consomme ce qui a été préparé pour lui par d'autres, tantôt acteur c'est lui qui organise, qui créé, qui compose. Mais dans tous les cas, il aime la culture. Insolite, institutionnelle, bizarre, dérangeante, conformiste, peu importe. Peu importe car la culture est tellement inutile, qu'elle est indispensable.

Etant indispensable, vous comprendrez aujourd'hui pourquoi notre groupe politique attend, comme l'ensemble de notre conseil, depuis plusieurs années un rapport sur la politique culturelle de notre Ville. J'ai bien dit que nous attendions depuis plusieurs années car depuis 1998 et de nombreuses promesses, nous n'avions rien pu nous mettre sous la dent en matière culturelle.

Et bien le voilà, enfin. Nous l'avons tant attendu, nous espérions voir dans ce rapport une ligne directrice claire, forte, globale et ambitieuse qui considère les acteurs culturels comme des partenaires

Monsieur le Président, nous avons été profondément déçu. Mais, la formule n'est pas rhétorique, elle reflète le sentiment qui a unanimement touché les membres du groupe PLR.

1. Déçu parce que ce n'est pas un rapport sur la politique culturel, c'est un rapport sur le subventionnement de certains acteurs culturels. Où sont nos trois musées, que devient la Bibliothèque Publique et Universitaire ?

2. Déçu car ce rapport ne tient en aucun cas compte du contexte général dans lequel il est débattu, ce soir. Dois-je vous rappeler, Monsieur le Président, chers collègues, les défis qui attendent notre ville en 2012 ? Et je les appels défis car je suis de nature optimiste :
- Participation des Villes au TransRun ;
- Diminution des rentrées fiscales de l'impôt des personnes physiques ;
- Assainissement de la caisse de pension Prévoyance.ne ;
- Nouvelle répartition des rentrées fiscales de l'impôt des personnes morales, rentrées qui aujourd'hui nous permettent d'assumer nos charges de Centre et donc l'animation culturelle ;
Plutôt qu'un rapport de l'opulence, nous aurions souhaité un rapport qui tienne compte du plan financier continu qui nous prédit des années catastrophiques sur le plan financier.

3. Déçu car ce rapport n'aborde pas la problématique des locaux mis à disposition des acteurs culturels.

4. Déçu car ce rapport ne prend pas en considération, ce que l'on pourrait appeler le pourcent culturel du Casino qui s'établira au Casino de la Rotonde.

5. Déçu car, à notre sens, ce rapport ne répond pas aux attentes des acteurs culturels.

6. Déçu car ce rapport ne présente aucune vision d'ensemble, forte, claire, compréhensible de la politique culturelle qui doit être mise en place dans notre ville. Ce rapport est mauvais. Il ne nous dit pas pourquoi tel acteur mérite que sa subvention soit augmentée de 50 voir de 100%. Il ne propose aucune grille de lecture adaptée aux miliciens que nous sommes. Peut-être que certaines de ces augmentations sont justifiés, certainement même.

Le problème est que l'on ne nous dit pas pourquoi. C'est pour cette raison, Monsieur le Président, que je ne m'exprimerai pas sur les propositions individuelles qui nous sont faites, à l'exception d'une d'entre elle, la fête de la culture, car vous ne recréerez pas l'esprit du Millénaire avec CHF 130'000.-.

La position du groupe PLR ne sera pas une position au coup par coup comme souhaite le faire le Conseil communal dans ce domaine, notre groupe exprimera sa position sur l'ensemble de ce rapport.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, le groupe PLR invite le Conseil communal à retirer son rapport, car, il faut l'admettre il est mauvais, très mauvais.

J'espère que les autres groupes politiques entendent le message du groupe PLR qui est envoyé à notre exécutif et qu'ils en feront de même.
Notre groupe a bien entendu la position de la majorité rose-verte de notre Conseil. Elle est pavée de bonnes intentions. Mais ne faites pas l'erreur de tomber dans l'immobilisme. Ne souscrivez pas à ce qu'aujourd'hui et au vu des informations d'il y a quelques semaines dans la presse, on peut considérer comme un testament politique.

Une chose est claire, si aujourd'hui, ce rapport devait être accepté, soyez sûrs qu'il ne nous en sera pas présenté un nouveau pendant au moins dix ans ! Etes vous prêts à vous satisfaire de ce rapport ? Nous ne le sommes pas. Nous pensons même qu'il est irresponsable d'accepter ce rapport. Voyons, les acteurs culturels méritent bien mieux que ce rapport.
L'ensemble des propositions faites dans ce rapport ne font pas une politique culturelle.

Avoir une politique culturelle c'est se fixer des objectifs, se donner des moyens et réfléchir à la manière de les atteindre.
C'est par exemple créer une commission du Conseil général sur la politique culturelle qui pourrait être associée aux choix de l'Exécutif.
C'est avoir une vision claire qui puisse être expliquée aux différents milieux culturels.
C'est faire des choix entre les différentes demandes et être prêts à les expliquer au vu des objectifs que l'on s'est fixés.
C'est conclure des mandats de prestations avec les acteurs culturels bénéficiant de subventions régulières importantes.
C'est prévoir des subventions triennales ou quadriennales, comme nous le faisons pour nos musées, en fixant, avec les bénéficiaires, des objectifs, tout en leur garantissant une sécurité, une stabilité dans la création.

L'Office fédéral de la Culture travail de cette manière. Il effectue des évaluations périodiquement et s'il l'estime nécessaire il renouvelle ses subventions.

C'est considérer les acteurs culturels comme des partenaires et non des assistés.

Vous l'aurez compris, Monsieur le Président, avant tout, nous souhaitons vivement que le Conseil communal retire son rapport et nous en présente un nouveau d'ici à la fin de l'année 2012. Mais si telle ne devait pas être le cas, notre groupe refusera l'ensemble des propositions de ce rapport pour en refuser le principe parce qu'il est incomplet, ne réponds pas aux attentes, ne présente pas de vision globale et ne tient pas compte du contexte générale.

Accepter ce rapport serait d'ailleurs, à notre sens, un acte d'irresponsabilité majeure et nous n'assumerons pas les conséquences d'un tel acte, parce que, je le répète, la culture mérite mieux que ça.

Vous aurez aussi compris que nous n'accepterons pas le classement du postulat 153.

Pour le groupe PLR
Fabio Bongiovanni