Motion 12-301 "Pas de Maisons vides à Neuchâtel"

Création : mercredi 26 septembre 2012

Si la motion proposée part certainement d’une bonne intention, elle ne trouvera cependant pas l’appui du groupe PLR.

A lire strictement le développement de la motion, on comprend que celle-ci ne vise apparemment que « les maisons vides, laissées à l’abandon par leurs propriétaires pour diverses raisons ». Dans la grande majorité des cas, remettre sur le marché des bâtiments laissés à l’abandon suppose tout de même un rafraîchissement minimum, donc des travaux, donc des dépenses. Si les propriétaires en question ne veulent pas investir pour ce faire, est-ce la Ville qui devrait y suppléer ? Certainement pas ! En outre les diverses raisons invoquées peuvent tout à fait justifier de les laisser vides, du moins momentanément (proche démolition ou reconstruction envisagées, changement d’affectation, héritages non réglés, etc.).


Que la Ville s’occupe d’abord de ses propres bâtiments en termes d’entretien et de rénovation avant de faire la leçon aux autres !

Si le but de la motion est de dresser la liste des logements susceptibles d’être squattés, vous comprendrez que notre groupe ne saurait soutenir une telle démarche.

En outre, encore faut-il connaître l’existence de locaux à l’abandon. Des employés de la Ville ne vont tout de même pas faire le tour de tous les immeubles appartenant à des privés pour savoir quels locaux parmi ceux-là sont « vides et laissés à l’abandon » ! La mise en place de la banque de données que nécessiterait l’adoption de la motion aurait un coût, tout comme son suivi : si les propriétaires concernés ne sont déjà pas enclins à bourse délier pour leurs propres immeubles, seront-ils davantage enthousiasmés à participer à ces coûts ?

La collectivité publique ne saurait en tout état de cause avoir la main mise sur la propriété privée, ce à quoi tend quelque part cette motion.

La démarche du groupe socialiste me fait un peu penser à ces trois braves scouts qui reviennent vers leur chef pour lui dire qu’ils ont accompli leur bonne action de la journée. Leur chef leur demande en quoi cela consistait-il. Ils répondent qu’ils ont aidé une vieille dame à traverser la route. Le chef s’étonne : pourquoi aviez-vous besoin d’être trois pour cela ? Les scouts répondirent alors : c’est que la vieille dame ne voulait pas traverser !

Blaise Pequignot