14-023 - Rapport sur le budget 2015

Création : mercredi 10 décembre 2014

L’analyse de ce nouveau budget établi selon les nouvelles normes MCH2 rend l’exercice de comparaison par rapport à l’ancienne version et aux comptes annuels 2013 difficile et guère possible dans le détail. Néanmoins grâce notamment à l’effort fait dans les différents services un grand nombre d’informations complémentaires fournies lors des séances de commissions financières et surtout de sous-commissions financières nous ont facilité la tâche.

Nous constatons d’ailleurs avec le tableau résumant le compte de résultat, avec les 3 niveaux de résultat d’exploitation, financier et finalement extraordinaire un net progrès de transparence, permettant d’entrée de se faire une idée générale.

Le groupe constate que le modeste excédent de revenus provient des revenus extraordinaires qui sont des dissolutions de provisions, il comprend certes les nouvelles obligations imposées aux communes par la LFinEC, mais il ne peut s’empêcher d’avoir de la peine avec ce processus, surtout que CHF 4,5 millions proviennent de la dissolution de la future réserve conjoncturelle, qui devrait plutôt être conservée pour faire face à de véritables problèmes conjoncturels. En effet une politique cohérente et axée sur le long terme prévoit d’accumuler en période de vaches grasses des réserves pour pouvoir faire face aux périodes de vaches maigres. Or nous nous trouvons justement dans une période favorable, et comme les années précédentes, nous devrions pouvoir à renforcer notre situation financière.

De plus mis en relation avec les années 2016 et 2017 pour lesquels les rééquilibrages entre canton et communes provoqueront de nouvelles charges ou/et des diminutions de revenus, ne devrait-on pas déjà anticiper dans le budget 2015 ces perspectives défavorables ? Or l’écart dans l’évolution entre charges et revenus d’exploitation se creuse puisque les charges augmentent de 4% tandis que les revenus diminuent de 1,4%. Notre groupe regrette que justement la planification financière à moyen terme qui nous permettrait de mieux appréhender cette évolution n’ait pas été effectuée dans le cadre du présent budget.

Par rapport à la mesure phare du Conseil communal, cette subvention aux jeunes, suscite des réactions variées au sein du groupe, certains la soutiennent, d’autres sont plus dubitatifs et pensent que les subventions sont pour ceux qui en ont véritablement besoin. D’autre part lorsque l’on constate le problème très grave de la situation de l’aide sociale d’un point de vue non seulement financier, mais également humain, une action phare dans ce domaine nous aurait semblé nettement plus opportune.

Le niveau élevé des investissements de ce budget avec la conséquence d’un taux d’autofinancement insuffisant et d’une augmentation de la dette nous pose également problème et pas seulement par rapport au fait de ne pas respecter notre règlement en matière d’autofinancement. En effet comme par le passé le Conseil communal nous propose un budget d’investissement très ambitieux, or ces dernières années il n’a jamais pu être tenu, car tout simplement, nous n’avons pas la capacité de gérer et de mettre en œuvre autant de projets en même temps. Une telle pratique dévalue la signification du budget.

En conclusion, le groupe sera partagé sur les projets XII et XIV et quand au budget, vous l’aurez compris, il rencontre au sein de notre groupe des réactions très variées allant du refus à l’acceptation, en passant par l’abstention pour d’autres. En tous les cas pour le groupe PLR, le Conseil communal doit très sérieusement prendre en compte, dans ses futurs projets et réflexions, dés maintenant, cette évolution défavorable des recettes fiscales à attendre pour 2016 et 2017 car y aura-t’il encore assez de provisions et réserves à dissoudre pour équilibrer les futurs comptes ?


Philippe Etienne,
Conseiller général