Réponse du Conseil communal à l’interpellation n°14-608 du groupe PLR

Création : mercredi 4 février 2015

La mobilité est pour tous les partis politiques un des grands enjeux de demain, c’est un domaine qui fait rêver, dans lequel on peut avoir de beaux projets, mais vous le savez, pour le PLR, en gardant toujours les pieds sur terre. Nous avons tous en ligne de mire l’objectif d'une "société à 2'000 watts".

Pour faire court, l’ensemble du groupe PLR est déçu de la réponse à l’interpellation « Les attentes du Conseil communal vis-à-vis du Canton, de la Confédération et de TransN en matière de réseau routier et de transports publics ».

Cette réponse est très technocratique avec une volonté, nous semble-t-il, marquée de démontrer que l’organisation mise en place en Suisse pour développer les différents moyens de se déplacer, est stratifiée au niveau des communes, du canton, de la Confédération et des entreprises de transport.


La ville de Neuchâtel semble, selon la réponse du Conseil communal, se trouver face à une structure hermétique et, semble-t-il, immuable.

Nous imaginions qu'il ne faudrait pas plus d'une semaine pour répondre à cette interpellation tellement il nous semblait que les objectifs "mobilité" devaient être évidents pour les 3 principaux services de la ville, les services de l'urbanisme, des infrastructures et de la mobilité.

Et bien nous nous sommes trompés, car malheureusement les 2 mois règlementaires pour répondre à cette interpellation n'ont pas pu être respectés. Malgré cela, le groupe PLR a choisi de se réjouir de cette situation.

En effet, la réponse du Conseil communal a démontré que l’interpellation du PLR avait tout son sens et que notre Ville devait de tout urgence non seulement renforcer et étoffer sa vision de la MOBILITE mais également tenir compte de cette vision lors de la planification de nouveaux investissements afin d’avoir la capacité de financer de grands projets le moment venu.

Nous savons pourtant que la Ville est déjà très active dans le domaine de la mobilité et qu’elle mène des réflexions dans plusieurs quartiers de notre commune comme à Vauseyon, aux Charmettes, à Serrières, à Monruz et à La Coudre, sans oublier le quartier de la Gare.

Nous savons également que depuis plusieurs années déjà le Conseil communal s’est rendu compte que le succès escompté de l’incroyable Place Blaise-Cendrars n’était pas devenu réalité et qu’une refonte en profondeur de ce carrefour devrait être envisagé compte tenu du chaos permanent au nord de la Gare, que ce soit pour les piétons, les vélos, les voitures ou les bus.

Les réflexions sur la refonte d’une partie des lignes de bus pour essayer de mieux les adapter aux attentes des nouveaux axes de déplacements des citoyens du bas du canton ne sont également pas nouvelles.

Mise à part l’énumération de réflexions générales, le groupe PLR se réjouit des quelques mesures concrètes mentionnées dans le rapport :

  • la navette toutes les 30 minutes depuis la gare de Corcelles-Cormondrèche,
  • la probable nouvelle liaison "efficace" par bus entre le Val-de-Ruz et la Gare
  • une belle demie vérité, je cite, "l’introduction de la cadence à la demie heure prévue pour l’horaire 2016 sur toutes les lignes ferroviaires, même si, au-delà d’Yverdon, les trains rouleront alternativement à Lausanne et à Genève.

    Soyons réalistes, il n’y aura pas d’augmentation de l'offre en nombre de places, mais simplement le déplacement d’un des ICN d’une demi-heure. Comme nous le savons, cela n'est pas pour des raisons d’amélioration de l’offre, mais uniquement en raison des travaux en gare de Lausanne. 

Au grand regret du groupe PLR, à part ces quelques mesures, on a de la peine à savoir, en lisant la réponse du Conseil communal, quelles sont concrètement ses ambitions, quelle est sa vision d’avenir en matière de mobilité en ville de Neuchâtel et plus particulièrement quelle doit être, dans ce contexte, la fonction, notamment, de la Place Numa-Droz.

Le groupe PLR estime que l'attitude et les attentes du Conseil communal face au Canton, à la Confédération, à TransN et face aux CFF en matière de réseau routier et de transports publics manque d’ambition.

Félix Gueissaz
Neuchâtel, le 2.2.2015