14-024 Rapport concernant la vente du domaine Cité-Joie à Haute-Nendaz

Création : mardi 17 février 2015

Si nous désirons à tout prix pérenniser la tenue des camps de ski, c’est auprès de l’EoREN qu’il faut intervenir pour qu’elle rétablisse les camps de ski annuels. Mais je rappelle qu’à l’époque , pas si lointaine, où la décision de réduire la fréquence des camps de ski avait été prise par la défunte ESRN, personne dans cette salle n’avait trouvé mot à y redire.

 

Il faut par ailleurs bien comprendre que ce n’est pas en refusant la vente de cet objet que nous amènerons un seul élève de plus sur les pentes des Alpes valaisannes. Les lieux d’hébergements mis à disposition à cet effet par le Canton existent, et en suffisance.

Nous parlons ici d’un objet que nous n’avons jamais pu gérer correctement :
- Il perdait bon an mal an 100'000.- par année avant d’être remis à son nouvel exploitant
- Il génère de légers bénéfices depuis, mais qui ne permettent pas de procéder aux investissements nécessaire à assurer sa pérennité. Nos estimations , en extrapolant les dépenses annuelles consenties depuis son achat, est qu’il devrait dégager quelques 60'000.- par année, ce qui n’a jamais été accompli.

Si on peut arguer d’une gestion approximative ou du moins peu soucieuse d’équilibre jusqu’en 2008, rien ne nous permet d’en dire autant en ce qui concerne la gestion à partir de cette date. Nous pouvons même nous montrer reconnaissant à l’exploitant pour avoir ramené l’équilibre dans des comptes jusque-là déficitaires. Nous pouvons donc en conclure que nous continuerons , si nous gardons cet objet, à devoir bon an , mal an, injecter 40'000.- pour son entretien.

Et encore une fois, pas un seul élève de plus ne skiera sur les pentes des Alpes valaisannes.

Questions :
- Pourquoi mentionner dans l’appel d’offres qu’il s’agira de maintenir sur la parcelle l’accueil de classes d’écoles ? N’ a-t-on pas ainsi artificiellement réduit le nombre d’acheteurs potentiels, et donc la valeur qui pouvait être obtenue de l’objet
- Quel avantage à attribution à réserve par rapport à verser le bénéfice de la transaction à la fortune à la fortune

Conclusion :
Malgré ses quelques réserves sur la négociation de la transaction et une légitime nostalgie de l’âge des camps de ski chaque année, le groupe PLR se montrera dans sa majorité favorable à la vente de cet objet.
Il étudiera en revanche avec intérêt les éventuelles propositions visant à augmenter la fréquence des camps de ski à l’EoREN.


Pour le groupe PLR
Jean-Charles Authier