Discours du 8 février à l’occasion du vote du Conseil général concernant la fusion de neuchâtel avec Corcelles-Cormendrèche, Peseux et Valangin.

Création : mardi 9 février 2016

Depuis plusieurs années, le nombre de communes en Suisse diminue continuellement pour faire face à tous les changements que connait notre société tel que le nombre grandissant de régulations. Dans notre Canton le nombre de communes est passé de 62 à 37 mais quand il s’agit de sa propore commune, l’organe de proximité par excellence, ce processus est chargé d’émotion !

La dernière fois que le Conseil général de Neuchâtel s’est exprimé sur une fusion, c’était lors de la séance du 9/9/1929. Dans cette même salle du Conseil général, assis sur les mêmes fauteils vos prédessesseurs ont voté l’arrêté concernant la fusion des communes de Neuchâtel et de La Coudre.

Bien que la fusion de La Coudre avec Neuchâtel ne s’est pas faite sans quelques réticences, aujourd’hui le quartier de la Coudre a toujours sa propore identité et pas plus tard que la semaine passée le Conseil général débattait au sujet de la Coudre, suite à une interpellation d’un membre du CG.

87 ans après la fusion avec la Coudre, vous êtes appelés aujourd’hui à vous prononcer sur une fusion entre Corcelles-Cormondrèche, Peseux, Valangin et Neuchâtel. La nouvelle commune pourrait devenir la plus grande du canton avec 45'000 habitants.

Pendant 18 mois, le Comité de Pilotage sous la présidence de notre Conseiller communal Pascal Sandoz, notre Conseil communal et les employés de l’administration ont fait avancer le projet en associant

  • le Bureau du Conseil général,
  • la Commission d’agglomération et la Commisison financière ainsi que
  • les cinq groupes de travail constitués pour accompagner le processus de préparation de fusion et composés des membres du Conseil général.

Il s’agit d’un travail remarquable !

Le Conseil communal nous a soumis un rapport complet je ne pense pas avoir besoin de vous rappeler ni le contenu ni l’importance. Vous l’aurez déjà ressenti par la qualité du papier.

Mesdames et Messieurs, les membres du Conseil général : vous êtes élus par la population et vous prenez des décision dans le cadre de votre mandat mois après mois, année après année au mieux de votre conscience - pour la population - qui ne peut pas et ne veut pas se pencher sur chaque dossier.

Ce soir, dans le cas d’un refus la fusion s’arrête. S’il y a acceptation votre décision sera soumise au référendum populaire obligatoire.
La population aura le dernier mot!

Je vous remercie de votre attention!


Amelie Blohm Gueissaz
Présidente du Conseil général de Neuchâtel
08.02.2016