Rapport d’information 16-017 concernant la politique de la jeunesse de la Ville de Neuchâtel

Création : mercredi 7 septembre 2016

La jeunesse n’a pas toujours raison, mais une société qui ne s’en préoccupe pas, elle a toujours tort !

Le groupe PLR a lu ce rapport d’information concernant la politique de la jeunesse avec grand intérêt.

Notre groupe est en général d’accord avec ce rapport et nous l’acceptons à l’unanimité.

Le nombre des actions qui ont été développées par notre ville, comme illustré dans l’annexe 3, est impressionnant. Nous sommes d’accord avec le but de la politique de la jeunesse, c’est-à-dire l’expression, l’égale dignité, l’épanouissement et le bien-être des jeunes dans notre société.


Nous saluons les trois priorités, c’est-à-dire
- Valoriser les initiatives et les actions suggérés par les jeunes,
- Amener les jeunes à participer activement au développement de la société et de les sensibiliser de voter
- Et surtout : favoriser l’intégration professionnelle des jeunes.

Concernant ces 3 priorités, nous nous demandons si les 3 priorités ont la même importance pour la ville.

Les montants financiers pour la Carte « Avantage Jeunes », Easyvote, Graine de génie et Graine de citoyen et Close-up nous paraissent raisonnables.

Depuis 2009 il existe une fonction de « Responsable des actions jeunesse ». Est-ce que cette fonction devient le Délégué à la jeunesse, ou est-ce qu’un EPT additionnel ? Le groupe PLR ne souhaite pas d’engagements supplémentaires au vu des efforts déjà accomplis !

En ce qui concerne la proposition de classement de motions : notre groupe soutient la proposition du Conseil Communal, donc de classer les motions mentionnées à la page 40 et 41 du rapport.

Notre groupe se pose toutefois la question suivante : Pourquoi le Conseil Communal a-t-il eu besoin de plus de dix ans pour sortir ce rapport ? La motion 265 date du 7 novembre 2005 et demandait déjà que le Conseil Communal définisse une politique de la jeunesse.

Une autre question se pose concernant la Villa YoYo. Le Conseil Communal avait répondu à l’interpellation 11-616 intitulée « Quel avenir pour la Villa YoYo », dans le sens, qu’il examinerait l’opportunité de soutenir durablement la Villa YoYo dans le cadre du rapport sur la jeunesse. Maintenant nous lisons dans le rapport que le Conseil Communal définit la jeunesse de 10 à 18 ans et donc ne va pas traiter la Villa YoYo, qui est pour des jeunes de moins de 12 ans. Alors les questions suivantes se posent :

• Est-ce que depuis 2012 le Conseil Communal a changé sa définition de la jeunesse? Et si oui, quelles sont les raisons pour ce changement?

• Est-ce que le Conseil Communal peut officiellement garantir un soutien financier pour les bons projets de la Villa YoYo?

Avec plaisir nous lisons dans le rapport que la grande majorité de nos jeunes se portent bien et se comportent bien. Par contre, le fait qu’un nombre considérable de nos jeunes aient des difficultés à s’intégrer professionnellement inquiète beaucoup notre groupe. Le rapport décrit la collaboration avec Job Service, une fondation d’utilité publique qui a pour but d’accompagner des jeunes âgés de 15 à 30 ans dans leur parcours d’insertion professionnelle. Nous assumons que Job Service fait certainement un bon travail. Par contre, notre groupe aimerait savoir ce que le Conseil Communal entreprend pour aider les jeunes âgés de 13 ou 14 ans à trouver leur chemin professionnel. L’âge de 13 ou 14 ans paraît très jeune, et c’est vrai, mais sachant que les apprentissages commencent à l’âge de 15 ans, il nous parait opportun de commencer assez tôt avec ce choix de métier, qui est si important pour nos jeunes.

Le faible pourcentage de jeunes qui se rendent aux urnes est préoccupant. Une comparaison non seulement avec le canton, mais aussi avec quelques autres villes en Suisse Romande serait intéressante.

Le rapport nous montre que le taux de jeunes à l’aide sociale en Ville de Neuchâtel est plus élevé que dans le canton et qu’en Suisse. C’est préoccupant – mais, il serait intéressant de savoir
A) Quelles sont les raisons pour ce phénomène et
B) Qu’est-ce que le Conseil Communal entreprend pour améliorer cette situation.

Il est très triste de voir que le taux de suicide est très élevé à Neuchâtel. 10% des Neuchâtelois (canton, chiffres pour la ville n’est pas mentionné) interrogés mentionnent souffrir de symptômes liés à des troubles psychiques alors qu’ils ne sont que 3% au niveau romand. De nouveau, il serait intéressant de savoir

A) Quelles sont les raisons pour ce phénomène et
B) Qu'est-ce que le Conseil Communal entreprend pour arrêter cette triste tendance.

Notre groupe apprécie le grand nombre d’actions qu’on trouve dans le plan d’action. Ce qui concerne la durée et l’évaluation, le PLR se demande si c’est vraiment nécessaire d’avoir une évaluation externe pour juger ce plan d’action de 2016 à 2020.

Je vous remercie.

Julien Spacio