18-012 - Rapport d’information du Conseil communal au Conseil général concernant les évolutions dans le cadre des activités de l’éorén (école obligatoire région Neuchâtel)

Création : lundi 10 septembre 2018

Education 18-012

Le Groupe PLR acceptera le rapport, mais souhaite poser quelques questions et faire quelques remarques que vous pourrez remonter au sein de l’EOREN.

Tout d’abord, Partie Santé scolaire

P. 7 et P. 14 : le rapport fait état de nombreuses études scientifiques sérieuses qui démontrent l’efficacité sanitaires et économiques des mesures décrites. De manière générale, nous souhaiterions à l’avenir que les rapports contiennent les références de ces études, avec si possible des liens internet, nous permettant de creuser le sujet. 

En l’occurrence, nous aurions par exemple apprécié d’avoir des informations complémentaires sur le type de populations visées et sur les résultats obtenus par les mesures prises.

P. 8 : tableau 

Nous sommes d’avis que la thématique du harcèlement scolaire devrait être abordée au vu de ses effets négatifs sur la santé des victimes, ce d’autant plus qu’il est mentionné à la P.6 que les médiateurs scolaires et le service socio-éducatif  intégreront le groupe santé scolaire. Est-ce que le harcèlement scolaire est compris sous la mention du tableau « ateliers de thématiques diverses » ? sinon, merci d’y penser.

P. 8 et 9 : Prévention des troubles de la santé

Il est expliqué un certain nombre de contrôles. Nous sommes intéressés à en connaître le suivi.

- Que se passe-t-il si les certificats du médecin de famille demandés ne sont pas fournis par les parents ? 

(- Que veut dire un rattrapage a lieu lorsqu’aucune attestation de suivi n’est fournie ?)

- Qu’advient-il si la vaccination n’est pas à jour et que les parents mentionnent qu’ils ne vaccinent délibérément pas leur enfant ?

- Au sujet de la visite médicale à disposition pour les élèves de 11ème année, cette visite est-elle bien gratuite ?

P. 10 : Médecine dentaire

- Nous portons à votre attention qu’il arrive, et ce n’est pas une exception, que les indications reçues par les parents lors du dépistage scolaire, s’avèrent erronées quand les parents amènent leur enfant chez le prestataire de soin de leur choix pour effectuer les soins recommandés… ? il leur en coûte environ CHF 50, un déplacement,  quelques minutes en salle d’attente et seulement quelques secondes (je pèse mes mots) sur la chaise du dentiste, pour se faire entendre dire que tout est en ordre. Quelles améliorations peuvent être mise en place pour éviter ces désagréables situations ?

- Nous vous informons qu’il arrive également que le médecin-dentiste qui contrôle les enfants ait la délicatesse de dire à l’enfant, devant ses camarades de classe, qu’il faut qu’il arrête de sucer son pouce ou qu’il apprenne à se brosser les dents. Un peu plus de tact est attendu. Un rappel de la pédagogie serait apprécié auprès des prestataires de soin.

P. 13 :

Sur quel constat a-t-il été décidé de d’internaliser le travail que faisait le GIS ?

P. 14 : Comment le personnel sera accompagné dans les changements mis en place puisqu’il est dit qu’il s’agit d’un changement de métier (passage du somatique à l’éducatif, ce qui appelle assurément des compétences différentes).

De façon générale, quelle est l’estimation des coûts globaux par rapport aux différents mandats externes qui pourront être donnés selon le rapport ?

 

J’en viens à la Partie Arrêt du Tribunal fédéral sur la participation financière des parents aux activités scolaires

 

P. 15 en lien avec P. 18

P. 15 : Il est dit, en référence à l’ATF, que selon l’âge de l’enfant, les frais alimentaires ne peuvent s’élever qu’à un montant compris entre 10 et 16 francs par jour. Alors qu’en P. 18, il est dit qu’une contribution à concurrence de 20 francs pourra être demandée. N’est-ce pas aller plus loin que l’ATF ?

 

Et maintenant des Questions complémentaire relatives aux caisses de classe 

Certains enseignant.e.s (Promenade) ont demandé des caisses de classe à cette rentrée. Exemple précis , mes jumeaux CHF 15.—par enfant. 

Quelle information a été donnée aux enseignant.e.s ?

Quel contrôle est fait pour  que la gratuité soit respectée ?

Qu’en est-il des montants qui auront été encaissés à tort cette année? 

Petit retour sur le passé : est-ce que des contrôles étaient effectués sur l’utilisation des caisses de classe et Qu’est-il advenu des soldes non dépensés ?

 

P. 19, Dans Votre Conclusion

Quelles sont les infrastructures culturelles visées ?

Quels sont les prestataires identifiés auprès desquels des économies d’échelle pourraient être faites ?

 

Et enfin notre conclusion, On a bien compris que le fait de rendre les activités extra-scolaires facultatives découlait des exigences posées par le Tribunal fédéral sur la gratuité de l’école. Cela étant, ce sont bien là des lieux favorables à l’intégration, (puisque nous en parlerons bientôt), et de l’argent pourrait être investit là avec un effet direct et tangible sur l’intégration des enfants.

 

Raymonde Richter