Rapport Bassin Landeyeux 09-014

Création : lundi 7 septembre 2009
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Le groupe PLR a pris connaissance de ce rapport d'information concernant la location du bassin situé à Landeyeux pour les écoles de natation du Service des sports.

Au vu des différents points qu'amène ce rapport, vous comprendrez Monsieur le Président que je ne pourrai rester cantonné à la seule problématique de la location de ce bassin.

Alors avant de discuter du choix qui a été fait dans ce rapport, il convient à notre sens, d'avoir une discussion franche et sans détours des priorités que veut se fixer notre ville au sujet non pas de l'existence des écoles de natation que nous estimons utiles et bienvenues, mais plutôt sur leur étendues et leur aspects financiers.

La ville a eu à disposition durant plusieurs années des infrastructures nécessaires pour offrir des prestations élargies. Le bassin de Monruz permettait d'offrir un ample choix de cours pour un grand nombre de personnes.
La donne n'a-t-elle pas changée aujourd'hui ? En effet, les infrastructures n'existent plus, ou plus sous la même forme. Il convient à notre sens de se poser la question de l'orientation que l'on veut donner à ces cours.

Et puis que sait-on des cours ?

Et bien l'on sait qu'ils sont d'une grande qualité. Je crois qu'il n'y a pas de doute à avoir. Mais, qualité que l'on retrouve aussi chez les associations sportives privées, foot, haltérophilie, athlétisme, tennis et j'en passe, ne l'oublions pas.
On sait aussi qu'ils ne sont pas autoporteurs, malgré ce qu'affirme le conseil communal. Car dire que les cours sont autofinancés, sans tenir compte des charges de l'infrastructure, c'est comme dire qu'un ménage réussi chaque fin de mois à payer toutes ces factures, si on ne tient pas compte du loyer de l'appartement familial.

Par conséquence on sait que notre ville supporte chaque année les excédents de charges en lieu et place des personnes qui fréquentent ces cours. A ce propos, avec quelques recherches dans le région, on remarque rapidement que la ville de Neuchâtel pratique des prix beaucoup plus bas que tous ces concurrents. Alors il n'est pas étonnant que les gens préfèrent venir chez nous. Or, comme je viens de le dire, les cours ne sont pas autoporteurs. Donc plus on donne de cours, plus cela nous coûte et plus on supporte de coûts. La ville ne pratique-t-elle pas de dumping à ce niveau telle est la question.

Ceci pose une autre question. Celle de savoir pourquoi les cours n'ont pas des prix différenciés selon que l'on habite sur le territoire communal ou non. Est-il juste que la ville de Neuchâtel supporte les coûts des cours de natation pour un habitant de Colombier ? Nous pensons que ce n'est pas correct.

Le groupe PLR estime donc qu'il est nécessaire de revoir l'orientation que l'on veut donner à ces cours, notamment parce que l'on sait que l'étude de la construction d'un nouveau bassin au Nid-du-Crô est arrivée au bout. On a d'ailleurs appris par la presse que ce bassin devrait coûter au minimum 6 à 7 mio de francs. Nous espérons que le conseil communal sera assez sage pour ne pas l'inscrire au budget des investissements, au vu de la situation financière de notre ville.

Concernant le rapport lui-même maintenant.

Tout d'abord on dit que la solution qui nous est proposée est provisoire, mais sait-on ou l'on va ? Quelqu'un a-t-il une idée de l'avenir de ces cours lorsqu'ils ne seront plus provisoires ?

On apprend dans le rapport que plusieurs solutions alternatives ont été analysées avant d'aboutir à celle qui nous est présenté aujourd'hui. Il est dommage que l'on ne retrouve pas plus de détail au sujet des autres options dans ce rapport.

Maintenant le choix qui a été fait. Landeyeux. On apprend par la presse, il y a quelques semaines de cela que le bassin d'hôpital neuchâtelois à Landeyeux est hors d'usage car il a des fuites, fuites qui existent depuis un certain temps d'ailleurs. Dès lors on doit se poser la question du maintien de la volonté de dispenser des cours de natation dans ce lieu. Il s'agit là d'un problème de fiabilité dans les infrastructures qu'il faut avoir à l'esprit. Nous espérons pouvoir entendre le conseil communal à ce sujet.

Au niveau des transports. On sait que Landeyeux est plutôt mal desservis. Au mieux, un bus toutes les 30 minutes, au pire chaque heure et demi. Sans retour possible après 18h30. J'imagine dès lors le bal des voitures auquel l'on assistera avant les cours.

Au vu de tout ce qui a été dit, il reste toujours beaucoup de questions en suspens que je vais reprendre plus précisément afin que le conseil communal puisse y répondre aussi de manière précise.

  • Le conseil a-t-il une vision globale sur l'avenir des cours de natation ?
  • Qu'en est-il des inscriptions aux cours. Quand auront-ils lieu et où ?
  • Le conseil communal a-t-il l'intention d'introduire des coûts d'inscriptions différenciés pour les résidents sur notre commune et les autres ?
  • Combien de personne non domicilié dans la commune suivent ces cours ?
  • Le conseil communal a-t-il l'intention d'augmenter de manière générale les coûts d'inscription pour ne plus faire de dumping et pour couvrir au mieux les charges qu'entrainent ces cours ?
  • Quels coûts administratifs ont ces cours ?
  • Quels sont les intentions du conseil communal au niveau de la construction d'un nouveau bassin ? Si celui-ci ne devait pas être construit, le conseil communal a-t-il l'intention de maintenir tous les cours de natations qui existent actuellement ?

 

Fabio Bongiovanni
Pour le groupe PLR