Motion "Caves de la Ville : en marche vers le bio ou la biodynamie !"

Création : lundi 11 juillet 2016

« Le Conseil communal est prié d’étudier les voies et moyens de passer l’exploitation des Caves et des vignobles de la Ville vers un mode de culture biologique ou biodynamique, idéalement sans perte de rentabilité et dans un futur proche. »

Développement écrit :

La viticulture biologique et la vituculture biodynamique, modes de culture de la vigne respectueuses de l’environnement, ont aujourd’hui semble-t-il largement fait leurs preuves. Les nombreuses caves privées de la région et d’ailleurs ayant fait ce pari et parvenant à produire un vin de qualité tout en conservant un rendement positif sont là pour en témoigner.

La Ville de Neuchâtel a, de son côté, l’originalité d’être elle-même propriétaire de plusieurs hectares de vigne et de produire ses propres vins de qualité. Elle s’est par ailleurs, notamment dans le cadre de son Agenda 21, engagée à entreprendre des actions dans une perspective de développement durable. Une reconversion de la culture de ses vignes vers une culture biologique ou biodynamique serait en parfaite adéquation avec ce programme.

Le groupe PLR est d’avis qu’il convient, dans la mesure du possible et du raisonnable, de renoncer à un emploi trop important de désherbants chimiques, insecticides, et autres produits chimiques pouvant se révéler nocifs pour l'équilibre des sols et de l'environnement. Il est d’avis que la Ville peut et doit montrer l’exemple en la matière et entamer une reconversion de l’exploitation de ses vignobles en viticulture biologique ou biodynamique.

Dans sa réponse à une question PLR lors des débats sur le budget 2016, le Directeur des Caves et des Domaines a déjà évoqué la possibilité d’un éventuel passage des vignes en mode biodynamique. Il s’est toutefois bien gardé de prendre un engagement ferme et n’a pas montré un enthousiasme débordant en la matière, bien au contraire. Une demande formelle d’étude émanant du Conseil général semble donc opportune pour donner le soutien nécessaire à ce dossier et le faire avancer. L’étude à mener devrait présenter les avantages et inconvénients de ces deux modes de culture par rapport à la culture traditionnelle afin de permettre une prise de décision éclairée par le Conseil général. Elle devrait également présenter la faisabilité et l’utilité d’obtenir un label reconnu en la matière.

Un changement de mode d’exploitation vers la biodynamie ou vers la viticulture biologique est un long processus. Il convient donc de s’y préparer dès à présent, afin d’être prêt à l’entamer sur le terrain au plus tard dès la fin du contrat de tâcheronnage actuel.

Le vin de la Ville est déjà très bon. Il n’en sera que meilleur une fois tiré de méthodes plus respectueuses de l’environnement.

Neuchâtel, le 11 juillet 2016 Pour le groupe PLR au Conseil général

Alexandre Brodard