Fusion Neuchâtel-Ouest : déclaration d’engagement citoyen

Publication : mardi 28 juin 2016

J’ai fait un rêve, I have a dream !

Un rêve qui m’a fait prendre conscience que la ville que j’aime n’occupe pas la place qui devrait être la sienne en Suisse et au sein de l’Arc jurassien.

Dans ce rêve ma ville devenait actrice et partenaire au sein d’un ensemble urbain qui n’avait pas pu se concrétiser dans un premier temps suite au refus d’une des entités qui devait la constituer.

Ce refus du mois de juin 2016 doit pouvoir être surmonté grâce à l’engagement des différents mouvements citoyens provenant des quatre communes engagées dans le projet de fusion. Un projet porteur d’avenir.

Ce second souffle doit pouvoir se concrétiser grâce à la conviction profonde que ce projet permettait d’amener des avantages à toutes ces entités.

Un second souffle qui devra être accompagné d’une meilleure communication permettant d’expliquer à la population les avantages d’une fusion mais aussi mieux écouter les citoyennes et les citoyens de la nouvelle future commune.

Le rêve est nécessaire, il permet au citoyen de joindre l’utopie à son présent, à mieux préparer l’avenir. Sans rêve, sans utopie, une entité politique ne peut pas aller de l’avant.

Car faire du surplace c’est reculer en fin de compte et j’aime trop notre ville pour envisager autre chose qu’un projet de société pour son avenir.

M’inspirant de Martin Luther King il y a un demi-siècle, je suis convaincu qu’un changement est possible.

Un changement de cap qui permettrait à la nouvelle entité d’affronter les défis de demain avec plus de moyens, de ressources et d’espaces.

Mais aussi, peut-être et surtout pour mieux travailler et construire ensemble.

Jean Dessoulavy
Conseiller général Ville de Neuchâtel