Un budget 2017 inacceptable !

Publication : mardi 21 février 2017

Il existe des principes justes et sains. Des principes universels que tout le monde se doit d’appliquer. Surtout une collectivité publique… qui doit être exemplaire ! 

En matière d’argent trois règles découlent du bon sens :
1. On ne dépense pas plus de ce qu’on dispose : principe de l’équilibre
2. On essaie de pas faire de dettes et si on en a on rembourse : principe de stabilité
3. On essaie de faire des réserves pour les coups durs : principe de prévoyance

Le budget 2017 de la Ville ne respecte malheureusement aucun de ces principes. C’est grave.

Dans les faits :

1. Le résultat opérationnel est négatif de plus de 12 millions de francs. Pour équilibrer ce budget on doit aller piocher dans les réserves et en particulier dans la réserve conjoncturelle à hauteur de 8.5 millions de francs. Ce qui serait acceptable si on avait un coup dur lié à la conjoncture justement. Le problème c’est que les revenus ont augmenté par rapport à 2016 et que depuis quelques années on pioche systématiquement dans ces réserves. Autrement dit la Ville vit au-dessus de ses moyens. Mais les réserves ne sont pas inépuisables et fondent bien vite… Qu’est-ce qu’on va faire les mauvaises années… Alors a t’on fait au moins des efforts pour maîtriser les charges ? La réponse est non ! Toutes les charges dont on pouvait avoir une emprise ne font qu’augmenter : les charges de personnel (près de 12 nouveaux postes plein de temps en plus) et les charges de biens et services (dont près de 24 millions en prestations de service et honoraires externes). La Ville doit impérativement trouver l’équilibre nécessaire à court terme !
2. La dette de la Ville va augmenter cette année de 15 millions. Alors que comme indiqué plus haut cette année les revenus de la Ville ont augmenté. On aurait pu accepter une hausse de la dette au vu en particulier des taux d’intérêt extrêmement bas si des investissements importants et nécessaires au rayonnement de la Ville étaient prévus. Mais ce n’est pas le cas.
3. On utilise les réserves pour une année normale. Alors que l’on sait déjà que les années difficiles vont venir bientôt : une baisse des rentrées sur les personnes morales est prévue au vu de la conjoncture et le Canton a déjà annoncé des reports de charges conséquents dès l’année prochaine.

Alors les choses étaient simples, car gouverner c’est prévoir, on devait mieux maîtriser nos charges et utiliser le moins possible nos réserves pour assumer le futur avec sérénité. Le Groupe PLR a donc déposé un amendement qui prévoyait une baisse de nos charges d’exploitation de 2 millions et donc arriver au même résultat positif en ne prélevant pas 2 millions dans la réserve conjoncturelle. Car si on stabilise nos charges on arrivait à équilibrer le résultat d’exploitation au cours de cette législature encore (4 ans x 2 millions = 8 millions prélevés dans le fonds conjoncturel). Logique ! Juste ! L’économie était de plus réaliste et réalisable : moins de 1 % du budget total.

C’était sans compter sur la gauche… qui nous a traité de petit comptable bourgeois… même si sur le fond on nous ne donnait pas vraiment tort !

L’amendement balayé, le Groupe PLR ne pouvait que refuser le budget, qui est passé quand même évidemment. La gauche ayant la majorité au Conseil général. Mais soyez rassuré le PLR continuera son combat pour le bien de cette Ville qu’on aime.

Julien Spacio