Vivre la Ville - Le nouveau règlement communal des finances – un dossier technique qui laisse peu de marge de manœuvre

Publication : mardi 9 mai 2017

À l’heure où la Ville de Neuchâtel annonce un déficit de 4 millions de francs et que le canton annonce lui 74 millions dans le rouge, la tentation de fignoler un règlement communal des finances qui change la donne est forte. Les membres PLR de la commission financière espéraient beaucoup des nombreuses séances prévues pour finaliser ce règlement. Or, gros désespoir, il n’était pas possible de faire changer grand-chose, tant la loi cantonale sur les finances de l'État et des communes (LFinEC) empêche toute velléité progressiste.

Pire encore, dans un règlement qui fait la part belle au Conseil communal (notamment en relevant ses compétences financières de 135'000 à 250'000 francs ou en lui attribuant l’ensemble des décisions concernant la gestion du patrimoine financier), ce dernier fait un ultime pied de nez au conseil général en voulant lui interdire de connaître les montants des transactions immobilières pour « préserver le secret des affaires ». Nous comprenons la discrétion nécessaire, mais nous refusons que les commissaires aux finances, assermentés et soumis au secret de fonction, ne puissent pas avoir accès aux chiffres exacts.

Quant à la gestion du patrimoine financier, si les nouvelles dispositions avaient été en vigueur à l’époque, le Conseil communal aurait pu acheter la Villa Perret pour plus de 4 millions sans passer par le Conseil général, il aurait pu vendre « Cité-Joie » sans nous permettre de l’interroger au préalable sur l’implication politique de cette vente. Heureusement, la commission financière a réussi à faire inscrire dans le règlement l’obligation d’informer ladite commission. Même si cette dernière n’a plus le pouvoir de préaviser un achat ou une vente, elle pourra au moins peut-être apporter une vision politique aux décisions de l’exécutif.

Le groupe PLR veut que le dialogue entre l’exécutif et le législatif reste ouvert et constructif. Nous voulons comprendre les motivations du Conseil communal lors de transferts immobiliers, connaître les aspects financiers et politiques qu’ils engendrent et nous espérons vivement que le climat de confiance entre la commission financière et l’exécutif continue à se développer de manière positive.

Jàrôme Bueche