Vivre la Ville - Avenir des domaines agricoles et forestiers

Publication : jeudi 14 décembre 2017

Il aura fallu un postulat PLR et 6 ans d’attente afin d’y voir plus clair sur la politique de la Ville en lien avec ses domaines. La Ville est en effet propriétaire de plusieurs domaines agricoles et forestiers dans le canton, parfois reçus, parfois achetés, souvent il y a fort longtemps. Mais quels sont-ils exactement ? Que faire de domaines agricoles peu rentables, de fermes qui coûtent cher en entretien et de forêts éloignées ? Rester propriétaire a-t-il encore un sens ? Quel avenir pour ces domaines ? Voilà quelques unes des questions que posait le PLR.

Tout vient à point à qui sait attendre. Le Conseil communal vient en effet de rendre un rapport complet en réponse à notre postulat. Il contient  notamment un inventaire des domaines et de leurs valeurs, ainsi que sa vision stratégique des rôles et fonctions de ces domaines à long terme.

En résumé, il entend conserver les forêts, les domaines reçus en legs et ceux d’importance stratégiques, et rester propriétaire des terres agricoles, qui génèrent un petit rendement. Les domaines dont les bâtiments nécessitent des investissements trop importants (assainissement, mise aux normes) pourraient être vendus aux paysans les exploitant, et les bâtiments n’ayant plus de vocation agricole être sortis de la loi sur le droit foncier rural, afin de pouvoir être vendus à leur valeur vénale (plutôt qu’à leur valeur de rendement, plus basse). La Ville pourrait également favoriser l’agriculture biologique, développer l’école à la ferme ou pourquoi pas un produit du terroir de la Ville de Neuchâtel. 

Le groupe PLR se félicite du contenu du rapport et il encourage le Conseil communal à aller dans le sens proposé : conserver les domaines ayant une importance stratégique ou rapportant un revenu, même modeste, vendre ceux qui péjorent ou péjoreront inutilement les finances de la Ville, et favoriser l’agriculture biologique.

Pour le groupe PLR au Conseil général,
Alexandre Brodard