Vivre la Ville - Cerf-Volant : les coûts s’envolent

Publication : mercredi 20 février 2019

Alors que le vote sur l’aménagement du futur Cerf-Volant aurait dû passer la rampe à l’unanimité et avec ovation, le Conseil général a été obligé de manifester son vif mécontentement lundi 4 février dernier. C’est dommage ! L’accueil parascolaire est pourtant un outil essentiel pour les parents qui travaillent, mais également pour les bambins qui doivent apprendre à socialiser. Socialiser, verbe transitif direct signifiant « Développer les relations sociales entre des personnes ». Or, le Conseil communal ferait bien de s’en inspirer et également d’accroître ce genre de facultés avec les commissions et les groupes du Conseil général. Cela lui aurait certainement permis de transformer efficacement le bâtiment sis rue Guillaume-Farel tout en restant dans le budget et dans les délais.

Comment on est-on arrivé là ? En avril 2018, le Conseil communal présentait un premier rapport sur l’acquisition du bâtiment et sur une demande de crédit d’étude. Ce rapport avait été accepté nettement par l’ensemble des groupes, mais chacun avait été extrêmement clair sur les coûts à venir et la ligne rouge à ne pas dépasser. Nous vous invitons à lire le procès-verbal du 23 avril 2018 pour plus de détails. Le mandat du Conseil général était limpide : Oui, nous voulons une structure d’accueil parascolaire, mais attention, le prix évoqué en 2018 est déjà bien cher, merci de le réduire.

Puis, plus rien ! Silence radio ! Les commissions ne sont pas associées aux travaux. Le 24 janvier dernier, la commission financière reçoit un rapport-ultimatum qui dit en substance : « Voilà le projet, il coûte 30 % de plus que prévu, mais si vous ne l’acceptez pas, on ne va pas pouvoir “caser” les enfants à la rentrée 2020 ». Comme l’a rappelé le rapporteur de la Commission financière, les informations contenues dans le rapport étaient lacunaires. Impossible de calculer un prix de référence, que ce soit par m2 ou par enfant.

Le lundi 4 février à 17 h 34, soit moins de 2 heures avant la séance du Conseil général devant traiter du dossier, le Conseil communal envoie un e-mail contenant quelques chiffres et une comparaison entre le coût supposé du nouveau Cerf-Volant et d’autres établissements équivalents sur la Riviera lémanique notamment. Pas besoin d’avoir fréquenté la très bonne université de Neuchâtel pour comprendre que les conditions à Lancy ou Prangins ne sont pas les mêmes qu’à Serrières. Les membres du Conseil général demandent alors une interruption de séance et obtiennent 15 minutes pour étudier ce nouveau document et préparer leurs questions. Il ne sera malheureusement pas répondu à un certain nombre d’entre elles en plénum, car « elles n’ont pas été transmises en avance ».

Vous le savez, le rapport a finalement été accepté, car il était important pour la Ville et ses habitants d’avoir à disposition cette structure d’accueil. Mais pour bon nombre d’entre nous, c’est avec un couteau sous la gorge que nous avons voté. Le manque de dialogue, d’anticipation et de recherche de solution ont cependant mis à mal ce rapport. La grogne du Conseil général était palpable et nous espérons que le Conseil communal l’a bien ressentie. C’est triste… il s’agit pourtant d’un beau projet et d’une noble cause !

Jérôme Bueche